Comment parler du nucléaire en faisant de l’auto-stop ?

Julie Lutte, Environnement, Grand Est, Édition 2018

Marie Beduneau donnera sa conférence gesticulée « Auto-Stop Bure » le 2 août à Arrigny (51).

Le nucléaire a beau être la fierté française, le sujet n’est en pas moins tabou. C’est un sujet qui semble d’un 1er abord réservé aux spécialistes. Alors comment peut-on refuser un projet d’enfouissement de déchets nucléaires et réussir à faire entendre sa voix quand on n’a pas le titre d’«expert.e» ?

Souvent l’on m’a demandé ce que je « faisais » dans la vie, et souvent j’ai eu du mal à répondre à cette question. Cette question on vous la pose souvent en stop. Aussi, longtemps j’ai cru que mes arguments devaient être basés sur des chiffres, des faits précis.

Mais ce n’est pas avec des chiffres et des hypothèses scientifiques que j’ai envie de parler du nucléaire. J’ai envie d’en parler avec ce que je ressens, avec la colère qui m’anime quand je comprends tout ce qu’implique la logique nucléaire : exploitation des sols et des personnes dans les mines d’uranium, pollution, corruption … Avec la tristesse que je peux ressentir aussi, et aussi avec ce sentiment d’injustice, et celui de ne pas pouvoir être écoutée.

La conférence gesticulée permet tout ça.

 

Marie Beduneau donnera sa conférence gesticulée « Auto-Stop Bure, ou comment parler du nucléaire en faisant de l’Auto-Stop » le 2 août à Arrigny (51). Pour plus d’infos consultez le programme.