Du champ à la bouteille : la bière éthique

Guillemette L Edition 2019, Consommation, BièreTour, Pays de la Loire

Une consommation aussi locale que la production

Le jour se lève sur Pont Caffino, on pourrait presque dire que le soleil aussi après cette nuit encore fraîche… Ce matin nous quittons la tranquillité de ce lieu pour rejoindre la métropole Nantaise, direction : les Brassés. Volontairement installés en milieu urbain, Gabriel et Gildas ont lancé leur micro-brasserie, couplée à un restaurant, afin de reconnecter consommateurs et producteurs. Monté en deux ans, c’est le 17 mars 2016, jour de la Saint Patrick, que le projet a officiellement était lancé.

Le concept ? Minimiser au maximum la filière : la brasserie, visible par la vitrine au fond de la salle de restaurant, produit 550 hectolitres de bière chaque année. Avec 12 recettes de bières, 95% de vente sur place, de nombreuses personnes impliquées et une fréquentation importante, c’est une nouvelle connaissance de la bière qui s’offre aux consommateurs.

L’éthique… sur toute la ligne, et au-delà !

La production de bière bio garantit l’emploi d’ingrédients* issus de l’agriculture biologique. Mais pour une démarche économe en intrants et en énergie, qu’en est-il du contenant ? Lorsqu’elle n’est pas servie en pression, la bière est vendue dans sa traditionnelle bouteille en verre. La France peut être fière du recyclage de ce matériau, largement répandu aujourd’hui. Mais il nécessite cependant beaucoup d’énergie, avec un chauffage à 1500°C pendant 24 heures. Nos grands-parents s’en souviennent ; la consigne était encore très répandue autrefois… Si l’évolution du contexte nous a fait perdre ce principe de bon sens, comment se le réapproprier aujourd’hui ?

C’est ce à quoi aspire Bout à Bout, qui se propose de structurer la filière en Pays de la Loire. En organisant la logistique de collecte des consignes, ils facilitent l’engagement de nombreux professionnels, soucieux de respecter une démarche éthique, emballage compris. Alors, consommateurs, producteurs, rappelez-vous « le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas » !

* A l’exception du houblon pour lequel peut être octroyé certaines dérogations, faute d’accessibilité. Cependant, de nouveaux projets voient le jour et amèneront peut-être à une redéfinition de ces règles. (Cf. visite de l’houblonnière bio, le 02 mai)

Les autres articles du BièreTour sont à venir…

Retrouvez les photos du BièreTour par ici !