Les alternatives gersoises à vélo

Mathieu Agriculture, Edition 2019, Culture, Revue de presse, Occitanie

L’AlterTour est arrivé dimanche dans le Gers. Au total, ce sont 420 cyclistes qui se relaient pour un parcours dans toute la France, d’Angers à Pau, à la recherche des «alternatives» et des «projets de transition», notamment écologique.

L’AlterTour a vu le jour pour la première fois en 2008, né d’un collectif informel d’associations telles Attac, la Confédération paysanne, Greenpeace, Accueil paysan et d’autres. Les associations souhaitaient alors fêter leur victoire. Car le collectif se battait depuis 2005 pour l’interdiction des OGM en France. Et en 2008, la France décide d’interdire la culture des organismes génétiquement modifiés en plein champ. «On a alors fêté l’événement avec un tour de France à vélo, à la rencontre de ceux qui s’étaient mobilisés pour cette interdiction», relate Mathieu Fromont, salarié de l’association. Ils rencontrent citoyens, paysans, hommes politiques et scientifiques. Un tel succès qu’ils décident de renouveler l’initiative, qui perdure.

Désormais, ils partent à la rencontre des alternatives pour un monde plus juste et plus durable. A la rencontre de ceux qui œuvrent au quotidien contre une «civilisation dopée». «Les énergies nucléaire et fossiles nous permettent d’aller plus vite et plus loin mais elles ont des conséquences négatives pour l’environnement, comme c’est le cas pour le dopage sportif. Tout comme l’usage d’intrants chimiques de synthèse pour l’agriculture afin d’augmenter les rendements, qui cause pollution de l’eau et des sols, les rendant moins fertiles.»

Le groupe, composé de 65 cyclistes qui se relaient pour la durée qu’ils souhaitent, fait donc escale dans le Gers. Dimanche, ils étaient au camping du Mouton noir à Sainte-Anne pour y parler réfugiés climatiques. Hier, ils étaient à Montégut à la Ferme des Arbolets pour y découvrir un projet agricole collectif fondé sur l’entraide. Et aujourd’hui, l’Herbe à l’aise de Castelnau-Barbarens viendra leur faire découvrir sa production de tisanes artisanales. Ils arriveront en début d’après-midi à l’Abri des possibles à Auch, où ils se scinderont en plusieurs groupes pour visiter le café associatif, Valoris, l’Atelier du Vélo et Ciné 32.

Gaëtane Rohr, La Dépêche