Les cyclistes de l’AlterTour en Belgique ce samedi

Mathieu Agriculture, Belgique, Édition 2015, Revue de presse

les 50 cyclistes sont arrivés sous la pluie à la ferme de Bernard et Mélanie à Oeudeghien – © Manu Delporte

1200 km, 35 étapes et un mot d’ordre : pas de compétition.
L’idée c’est de croiser le chemin de ceux qui réfléchissent et agissent pour un autre monde, plus durable et plus équitable.
L’AlterTour faisait étape dans la région d’Ath ce samedi, après un passage hier dans la région de Renaix.

93d6534d6b386e3b2941093897d8d746-1439660284Les cyclistes sont une cinquantaine à parcourir les étapes. « On a été rincés aujourd’hui » explique Luc Sarlet un des organisateurs belges de cette épreuve « mais c’est vraiment une bonne ambiance, hier nous avons vraiment vécu des moments extraordinaires avec un agriculteurs pratiquant la permaculture« .

A chaque étape, les randonneurs reçoivent un accueil particulier, ici un fermier bio, là une expérience de vie en collectivité, ou de simplicité volontaire. A Oeudeghien dans l’entité de Frasnes, Mélanie et Bernard partagent avec les participants leur façon de cultiver, en respectant la nature « ici ils trouveront aussi de la permaculture, mais c’est sans doute le seul endroit où ils découvriront une ferme zéro pétrole. Nous n’avons aucune machine à moteur, pas de tracteur, pas de camion, pas de voiture, pas même d’aspirateur, si vous voulez savoir« . Et à la question de savoir si ce régime est tenable, Bernard répond facilement « la nature est généreuse, mais évidemment, nous n’avons pas les mêmes objectifs que les fermiers classiques ». Le couple est en tout cas ravi d’accueillir ce joyeuse équipage bigarré pour la pause déjeuner avant son départ vers Ath, puis Mouscron et Herseaux demain
L’AlterTour arrive le 23 août à Calais, une ligne d’arrivée, que Mathieu Fromont, un autre organisateur n’a pas choisi par hasard : « nous voulons nous rendre compte par nous même de ce qui se passe là-bas, nous voulons rencontrer les migrants. S’ils ont quitté leur pays, ce n’est pas par choix, c’est à cause de la guerre et parfois à cause du dérèglement climatique, nous voulons leur dire que nous les soutenons ».

Manu Delporte

Source, Rtbf : http://www.rtbf.be/info/regions/detail_les-cyclistes-de-l-altertour-en-belgique-aujourd-hui?id=9054631