Pour rester zen, cultivons notre jardin

Mathieu Non classé

Pierre Rabhi

Pierre Rabhi, AlterTour 2008, crédit photo G de Crop

Pierre Rabhi, parrain de l’AlterTour 2011, était interviewé dans l’Express du 1er décembre :

Malgré la morosité ambiante, les Français aspirent à une nouvelle sagesse. L’Express a recueilli les pistes proposées par Pierre Rabhi, agriculteur et écrivain, pour lutter contre la sinistrose.

En temps de crise, plus encore qu’à toute autre période, cultiver son jardin me semble une nécessité. D’abord parce qu’il s’agit d’un acte de résistance face à un système en train de confisquer à l’humanité sa capacité de se nourrir par elle-même avec des produits sains – donc bio -, cultivés localement.

Se rapprocher de la nature et jardiner chez soi ou dans des lieux partagés, c’est refuser la malbouffe, les pesticides, les OGM, tous ces produits frelatés et sans goût qui ont fait le tour du monde en avion, qui nous rendent malades et qui empoisonnent notre terre mère.

C’est s’élever aussi contre la spoliation des paysans des pays en voie de développement auxquels on a imposé une monoculture qui leur interdit de subvenir à leurs propres besoins.

Personnellement, comme je suis très sollicité, j’ai dû, faute de temps, renoncer à beaucoup de distractions, mais cultiver mon potager reste une activité non négociable.

Je veux bien sacrifier beaucoup de choses à ma cause, mais pas mon jardin, car c’est aussi la meilleure façon de me connecter avec l’énergie de la vie, cette énergie qui ne se trouve pas sur les trottoirs ou au milieu des tours, mais là, sur cette terre que nous devons aimer, préserver et savoir écouter [Lire la suite]