Sos Loire Vivante le 16 juillet à Chadron

Mathieu Non classé

SOS-loire-vivanteLa Loire est toujours vivante ! Pourtant elle en a connu des Grands Projets Inutiles et Imposés : en 1986, quatre grands barrages de plus et des centaines de km d’endiguement répartis tout au long de la Loire, l’Allier et le Cher. Il s’agissait d’alimenter en eau des centrales électriques et l’agriculture intensive. Est ensuite mise en avant la protection contre les crues. Pourtant, c’est connu, les barrages ne protègent pas des plus importantes. Les aménagements plus « doux » conservent les variations de niveau du fleuve, assurent la richesse écologique et sont efficaces contre les petites et moyennes crues. Mais un objectif moins avoué était de bétonner des zones jusqu’ici inondables, comme à Tours, dont le président de l’Établissement Public de la Loire était… le maire. En 1994, le projet capote ! Il aura fallu « Loire Vivante » un réseau d’associations, avec « SOS Loire Vivante » comme cheville ouvrière : 9 ans de lutte dont cinq d’occupation du site de Serre de la Farre. L’AlterTour 2014 fêtera les 25 ans de cette victoire avec la « Journée européenne de la baignade en rivière » et un « Big jump ». Pensez au maillot de bain !

« Gérer la demande plutôt que l’offre »

« S’opposer à la construction de barrages pour, par exemple, gaver d’eau l’agriculture intensive, c’est de fait, repenser les paradigmes de notre société. À la place de gérer l’offre, gérons la demande ! Et donc, nous réclamions un changement du modèle agricole. Ce grand projet s’inscrivait dans la logique du « toujours plus », de la valeur travail catalyseur de croissance. Mais on ne peut pas changer le monde seulement en
disant « Non ! Non ! ». Il est vraiment fondamental de ne pas être qu’une force de contestation. Pour être d’autant plus crédible, il fallait aussi être une force de
proposition, d’explication, de pédagogie. Et à la fin des années 80, notre discours était novateur. Contre les crues de la Loire, nous étions porteurs du message « Si tu vis au bord du fleuve, il faut vivre AVEC le fleuve » et avons proposé des solutions sérieuses grâce à notre action scientifique de terrain. Ce combat gagné hier, et très proche de la lutte actuelle de NDDL, qu’évidemment nous soutenons ! Mais notre ZAD à nous va de la source de la Loire jusqu’à Nantes !!!! »

Roberto Epple, Président activiste

Extrait du Recueil des Alternatives de l’AlterTour 2014, disponible dans le numéro de juin de la Revue Silence

L’AlterTour rendra visite à SOS Loire Vivante le 16 juillet 2015 à Chadron.