Le Collectif anti-LGV / pro-POLT le 3 août au Bost

Mathieu Édition 2014, Lutte, Nouvelle-Aquitaine

« Plus vite, plus haut, plus fort ». Certes, la devise s’applique au TGV, véritable vitrine technologique nationale. Mais aussi « Plus cher », BEAUCOUP PLUS CHER ! Et pas seulement sur le plan budgétaire. En 2004, l’aménagement du réseau existant pour un TGV Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT) est abandonné au profit d’un projet de LGV Limoges – Poitiers. Le Collectif anti-LGV et pro-POLT réunit alors associations, fédérations, syndicats et partis politiques pour mener un triple combat : rénover la ligne POLT, améliorer les lignes transversales et s’opposer à une LGV prohibitive. Ces lignes LGV font payer le prix fort dans de nombreux domaines. Elles impactent directement l’environnement, l’agriculture, la santé des secteurs traversés. De plus, les activités socioéconomiques chutent dans les régions où le « petit » trafic ferroviaire est détourné au profit des LGV.

« Le travail du contribuable pour supporter les financements privés »

« Il est surprenant que des projets de ce type soient encore vendus sur fond d’utilité publique. Pourtant des études prouvent que la vitesse ne profite pas à la baisse du chômage sur les agglomérations concernées. La réalisation du barreau Limoges-Poitiers coûterait 2,2 milliards d’euros, soit 3 fois plus cher que l’aménagement des lignes existantes classiques entre Limoges et Toulouse et vers la façade atlantique, lignes qui seront délaissées à terme. Le nombre de trains sera volontairement diminué par souci de rentabilité pour la LGV. L’impact écologique porterait sur 16 000 ha de terres de toutes natures. 163 fermes seraient dépréciées ou supprimées, 800 ha de terres agricoles disparaîtraient, 300 ha seraient confisqués pour y déposer des déblais pollués, parfois radioactifs ! Le contribuable devra par son travail supporter pendant plusieurs générations un remboursement du financement de Vinci calculé à partir de recettes voyageurs surestimées. Comme pour le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ! Cela relève d’un incroyable cynisme qui ne laisse aucun doute sur la nature des vrais bénéficiaires. »

Jean-Pierre Chauffier, membre du collectif

Extrait du Recueil des Alternatives de l’AlterTour 2014, disponible dans le numéro de juin de la Revue Silence

L’AlterTour rendra visite au Collectif anti-LGV / pro-POLT le 3 août 2014 au Bost (commune de Royères)