Étape du 17 juillet : Attac Saint-Malo et Tax Justice

Mathieu Non classé

L’île au trésor

Embarquement sur le Ferry à destination de l’île de Jersey, qui ne fait pas partie de l’Union Européenne avec un statut très particulier, y compris pour ses habitants : un enfant né sur l’île d’un père Jersiais et d’une mère anglaise (et vice versa) aura un passeport européen. Avec des parents jersiais, il ne sera pas européen et n’aura pas la possibilité d’aller travailler et/ou de se faire soigner dans un pays de l’UE. Cette mesure de discrimination contraire aux Droits de l’Homme concerne 4000 personnes sur 90000 habitants de l’île.
Le coût de la vie et surtout du foncier a progressé de façon extraordinaire depuis l’arrivée des pirates (les VIP de la finance). Ainsi un appartement coûte plus ici qu’à Londres.

Un régime anti mutinerie

Comme nous avons pu le constater de visu, l’île est tellement petite que le gouvernement peut facilement rendre la vie impossible à ceux qui s’opposent ou contestent… Après le concert des Haricots Verts au déjeuner, la conférence initialement prévue est annulée car les participants ont eu peur des représailles habituelles pour les contestataires de la part des autorités. Depuis la fin de la 2nde guerre mondiale, il n’y avait eu qu’une seule manifestation dans les années 70… avant que le groupe ATTAC Jersey-St Malo n’organise une manifestation qui donnera quelques idées aux syndicalistes.

Les pirates font la loi

Le soir, débat animé par Jacques Harel (Attac Saint-Malo/Jersey) avec John Christensen (Tax Justice), Monford Tadier (député dans l’État de Jersey) et quelques habitants de l’île. Nous comprenons à quel point Jersey est gouverné par les banques et la finance. Les entreprises étrangères qui s’installent ici ne payent aucune taxe, pendant que les artisans, les agriculteurs et autre PME locales supportent les frais de fonctionnement de l’île.

Côté média, il y a un seul journal qui est « dans la poche des banquiers ». Il n’y a pas d’université sur l’île. Pour les spécialistes des libertés internationales, Jersey est au niveau de l’Angola ou de la Guinée équatoriale.

Tous les postes clés de l’administration sont pris par les colons anglais et jamais par des Jersiais.

Les pertes en bourse de 23 personnes ont été compensées par l’État, cela représentait tout de même 600 000 livres (soit un petit million d’euros). Cette somme est à rapporter au nombre d’habitants (90 000), et au nombre de chômeurs (entre 1000 et 2000) qui ne touchent aucune indemnité.

Concert du groupe Zinzin (chansons françaises participatives et festives accompagnées par un orgue de barbarie).