Dénouement heureux de la lutte contre le projet de grand barrage de Serre de la Fare en Haute-Loire

Mathieu Auvergne-Rhône-Alpes, Édition 2014, Environnement, Lutte

Réveil 6h par une météo aussi glaciale que magnifique au camp Joubert, petit déjeuner copieux et départ à l’heure en remerciant nos hôtes alors qu’une partie de tetris se joue dans le camion pour y optimiser efficacement le rangement.

Après quelques km, nous entamons une magnifique montée à travers des paysages splendides à la luminosité saisissante. Arrivé au sommet lors d’une pause bien méritée, nous écoutons avec bonheur et surprise l’œuvre d’un joueur de zag drum.

Après le départ et une descente plus que surprenante, nous nous arrêtons à l’observatoire du Betz ou des membres de l’association Orion nous accueillent et nous remémorent les bases de l’astronomie. Au repas ensoleillé sur ce même site, nous dégusterons un apéritif nommé ultra-violette avant de repartir pour une chaude descente et une remontée physiquement exigeante puis nous arrivons au bord de la Loire.

De nombreux Alter s’y baignent en attendant l’arrivée du collectif SOS Loire Vivante qui nous racontera le dénouement heureux d’une lutte contre le projet de grand barrage de Serre de la Fare en Haute-Loire. Ce dénouement avec occupation n’est pas sans rappeler celle de Notre Dame des Landes ou des OGM dans une échelle plus locale et modeste qui montre que la persévérance militante peut porter ses fruits.

Puis nous repartirons sur une ultime ascension pour rejoindre notre haut campement à Agizoux dans un champ agricole prêté par un éleveur qui se joindra à nous le soir pour un débat sur les méthodes d’élevage, entre paysannerie et élevage intensif et quel avenir pour l’élevage dans un contexte trompé par la PAC…