Etape du 12 juillet : Beaumont-Sur-Lèze – Cazères : La coopérative d’habitat l’An 01

Mathieu Agriculture, Consommation, Édition 2017, Habitat, Occitanie

P1090737Lever 7h00 au son d’un « toc occitan ». Briefing sous la pinède orchestré par Elsa. Nous faisons connaissance d’Albane, 7 mois, qui fera le trajet avec nous, tout sourire dans son chariot « cougar ».

Départ 9h15, au son d’une trentaine de sonnettes. En tête de peloton, Virgile sur son Surly et Clément sur son vélo couché, nos 2 guides qui ont préparé le parcours et les étapes de ce début de l’AlterTour. Talonnés de près par le trio inséparable des 3 scouts éclaireuses, qui jouent les « flèches » à tous les rond-points ou presque.

Après avoir emprunté une départementale bien tranquille, nous faisons une pause « noix de cajou » sur la place de la mairie de Lézat-sur-Lèze, au pied du kiosque à musique.

Puis nous reprenons la route, direction « le balcon aux étoiles » qui demande forcément quelques beaux efforts aux mollets. Traversée du charmant village de Latrape, passage par le lieu-dit « le cap aux morts », très belle route de crête nous laissant deviner la chaine des Pyrénées, et arrivée à Rieux-Valvestre, classé « plus beaux détours de France ». Halte déjeuner dans le « parc des demoiselles », parc strictement interdit aux bicyclettes (merci Virgile pour la dérogation municipale !). Festin de légumes frais de l’AMAP de Mas Coop. Petite leçon de notre serre-file du jour, François, sur l’art et la manière de jouer avec son dérailleur.

Quelques belles côtes nous taquinent encore l’après-midi, avant que nous ne refranchissions la Garonne pour arriver à Cazères à 16h30, 51 kms au compteur.

Nous sommes accueillis par Nico et ses acolytes à la coopérative d’habitat de l’An 01, comptant 12 habitants dont 3 enfants. Visite de l’immense bâtisse en plein travaux, des cultures d’Alban le maraicher et de son épicerie auto-gérée, du four à pain de Diego le paysan-boulanger… Dans cette propriété collective, c’est la solidarité, l’écologie et une certaine vision de la gouvernance qui priment.

Après un copieux diner à base de dal de lentilles corail, les plus vaillants mettent le cap vers le cinéma de Cazères à vélo pour la projection du film « Mine de rien » sur la mine de Salau (Ariège), suivi d’un débat avec le réalisateur et les membres de l’association sur les dangers de l’exploitation de mines de Tungstène.

Lucie