Guide de l’Altercycliste

Ce qu’il faut emporter

Chaque participant-e vient avec son matériel de camping qui lui permet de dormir à l’abri dans toutes les conditions météo. Il-elle veillera à bien maîtriser le montage et  démontage afin de ne pas y passer trop de temps car il faut presque chaque matin et soir monter et démonter sa tente.

Gourde, lunettes de soleil, crème solaire, casque(tte), lampe de poche, instruments de musique, boules quies peuvent avoir leur utilité à l’un ou l’autre moment du parcours. Même si tous les sacs personnels sont  transportés en véhicule motorisé mis à disposition par l’AlterTour, il est fortement encouragé de limiter ses affaires.

Les vélos qu’on prête ne sont pas forcément équipés de lumières et nous roulons parfois de nuit sur de courtes distances. Par mesure de sécurité merci d’amener une lampe avant (ou une frontale) et une lampe rouge arrière. Prenez des lampes qui s’adaptent sur tous les vélo (avec des élastiques qui s’accrochent au guidon ou sous la selle).

 

Si on vient avec son propre vélo

L’AlterTour met à disposition un peu d’outillage, mais il ne s’agit pas d’un atelier de remise en état de bicyclettes. Si on emmène son vélo, il faut donc veiller à ce qu’il soit en bon état et prêt à rouler plusieurs centaines de kilomètres (selon le nombre de jours de participation). Il est fortement conseillé d’emmener un peu de matériel de base (pompe, chambre à air, rustines, etc.)

Fonctionnement autogéré

L’AlterTour fonctionne de manière autogérée, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de structure hiérarchique de commandement, ni d’individus qui occupent un rôle prédéfini comme cuisinier, chauffeur ou installateur de toilettes sèches. Bien sûr, certaines personnes ont plus d’expériences ou de compétences dans certains domaines, mais elles n’ont pas pour autant vocation d’entretenir cette différence. C’est donc à chacun-e de s’impliquer pour contribuer à la bonne marche de l’AlterTour. On estime que chaque participant-e devrait s’engager pour une tâche commune au moins une fois tous les trois jours pour assurer un roulement équilibré.

Organisation sur la route

A chaque étape de la caravane de l’AlterTour, il se constitue différents postes : tout d’abord un guide, en général bon connaisseur de la région, qu’il est formellement interdit de dépasser sous peine d’égarement assuré ; ensuite un serre-file, muni d’une combinaison jaune,  équipé d’une trousse de premiers secours et qui ferme la caravane ; enfin de nombreuses “flèches humaines” à l’existence éphémère qui servent à indiquer la direction à toute la joyeuse équipe : chaque flèche ne quitte son poste qu’au passage du serre-file !

Pour permettre aux véhicules motorisés de dépasser la caravane, il est prévu de rouler en petits groupes de 5 à 8 vélos, espacés d’une dizaine de mètres chacun. Au début de chaque étape, les altercyclistes se regroupent en binômes pour veiller l’un sur l’autre, s’entraider, se soutenir, babiller et s’assurer d’arriver à bon port dans les meilleures conditions.

Organisation lors des étapes

Chaque étape a son organisation propre selon les accueillant-e-s et la durée du séjour. Les étapes nécessitant le plus d’implication des altercyclistes sont celles où on ne reste qu’une nuit en autonomie, c’est-à-dire que c’est au collectif de tout prendre en charge, repas, installations de douches, de toilettes sèches, et chacun-e plante évidemment sa propre tente. Le terrain doit être laissé en l’état le lendemain avant le départ, fixé le plus tôt possible mais rarement avant huit heures. Cela signifie cependant de se lever à six heures, pour avoir le temps de plier ses affaires, ranger le tout dans les bus et bien sûr prendre un bon petit déjeuner, indispensable si l’on veut avaler quelques dizaines de kilomètres dans de bonnes conditions.
Parfois le matin, mais plus généralement le soir, un appel est lancé pour que les altercyclistes s’inscrivent aux différentes tâches des prochaines 24 heures : préparation des repas pris en autonomie, rangements et nettoyage, conduite des véhicules, courses, réveil, etc. Il arrive même parfois que le tableau des tâches se remplisse spontanément…

Avant de quitter l’AlterTour

Avant de partir, c’est la grande émotion, alors il arrive qu’on y perde la tête et aussi qu’on oublie de laisser ce que l’on a emprunté à l’organisation ou à un-e altercycliste. Bon c’est pas forcément si grave, mais à chaque AlterTour, il y a aussi des vélos qui s’égarent et qu’il faut aller rechercher… Alors, à chaque fin d’étape, mais surtout à la dernière, il faut ramener le vélo que l’on a utilisé près de la remorque !

Charte de l’AlterTour

L’ « AlterTour pour une planète sans dopage » est un parcours cycliste autogéré en relais partant à la découverte des alternatives régionales au cours de l’été. C’est un espace de rencontre, de débats, ouvert à tous, visant à promouvoir la réflexion, les échanges de connaissances et d’expériences militantes, les témoignages de résistance non-violente.
Il fédère les personnes et les mouvements qui s’opposent à l’esprit de compétition, et dénoncent le dopage sous toutes ses formes, notamment dans l’agriculture et l’économie concurrentielle.

Dopage : tout procédé qui augmente artificiellement certaines performances à court terme mais entraîne des conséquences négatives sur l’environnement, la santé, la société.
– Dans le sport, le dopage porte atteinte à la santé des sportifs pour le bénéfice des industries pharmaceutiques et des sponsors.
– Dans l’agriculture, le dopage porte atteinte aux paysans, aux sols, à la qualité de notre alimentation et à la biodiversité, pour le bénéfice de l’industrie agro-alimentaire et des firmes productrices d’OGM, d’agrotoxiques (pesticides) et d’engrais de synthèse (qui stérilisent les sols).
– Dans l’économie de marché, le dopage porte atteinte aux consommateurs, salariés, artisans,… pour le bénéfice de la finance et des entreprises multinationales.
– Dans le domaine de l’énergie, le dopage accélère la menace de dérèglement climatique (énergies fossiles) et met en danger l’humanité (énergie nucléaire) pour le florissement des lobbies pétroliers et nucléaires.
– Dans les télécommunications, la prolifération des antennes-relais, wifi et autres technologies sans fil pose des problèmes de santé publique, au profit des grands opérateurs.
– Plus généralement, des formes de dopage existent également dans les transports, le tourisme, l’enseignement…

En définitive, la compétition et la concurrence, érigées en valeurs suprêmes, aboutissent logiquement au dopage pour « réussir » (ou plutôt dominer, voire éliminer !). Cette fuite en avant pour vivre au-dessus de ses moyens est encadrée et relayée par les medias bien ancrées dans ce système de « pensée unique ».

L’AlterTour est un moyen d’information festif, de création de lien. Il rencontre et relaie des idées et des pratiques qui apportent des réponses aux dysfonctionnements actuels de la société.

L’AlterTour s’intéresse à tous les modes de vie écologiques empreints de justice, d’équité qui sont compatibles avec cette phrase de GANDHI : « Il y a assez sur Terre pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire la cupidité de chacun ».

L’AlterTour inscrit sa démarche dans le cadre des valeurs de tolérance, d’égalité, de solidarité, de coopération, de liberté et de paix. Ces valeurs sont mises en pratique au quotidien avant, pendant et après la durée de l’AlterTour.

L’AlterTour est éducatif, engagé, joyeux, à but non lucratif. Il est organisé par des citoyens responsables.

L’AlterTour promeut une gestion collective dynamique de la biodiversité, des semences paysannes, de la sauvegarde de l’agriculture non-productiviste et de ses paysans, et plus largement la sauvegarde des biens communs de l’humanité que représentent l’eau, les sols, l’équilibre écologique, ainsi que la diversité culturelle.

L’AlterTour est pluriel, diversifié. Il ne peut être un lieu de pouvoir, de promotion publicitaire, de promotion partisane. Il s’interdit d’intervenir dans des élections politiques, professionnelles ou syndicales, locales ou nationales.

Les principes contenus dans cette charte sont respectés par tous ceux, représentants d’organisations ou personnes individuelles, qui souhaitent contribuer à la préparation et à la réalisation de l’AlterTour.
L’organisation de l’ «AlterTour pour une planète sans dopage » est ouverte à toute personne ou organisation qui en acceptera les objectifs et qui en signe la présente charte.

Charte de l’Altercycliste

L’altercycliste s’engage à :

– participer à la vie collective et autogérée de l’AlterTour
– respecter le code de la route.
– porter un casque.
– rouler en binôme et respecter les distances de sécurité : pas de peloton compact.
– ne pas utiliser de véhicule personnel pour accompagner les altercyclistes.
– porter le maillot de l’AlterTour pendant le parcours cycliste.

Ainsi qu’à :

– emporter un sac de voyage d’un poids et d’une taille raisonnables et son matériel de camping (tente, sac de couchage, matelas)
– respecter la nuit le sommeil des personnes présentes sur le site.
– préserver la propreté des sites d’accueil de l’AlterTour.
– en tant qu’adulte référent éventuel, veiller à la sécurité et au bien-être des enfants qui
sont sous sa responsabilité.

Version imprimable

Les chansons de l’AlterTour

Depuis 2008 de nombreuses chansons ont été écrites et interprétés autour du feu, à l’occasion d’un départ d’étape ou au petit matin pour réveiller les Altercyclistes !

Voici un recueil non-exhaustif des chansons de l’AlterTour : Chansons_de l’AlterTour