Nourrir mes porcs en bio grâce à Terre de Liens

Aurélie Agriculture, Édition 2018, Grand Est

Les Grands Jardins, accueilleront l’AlterTour le 7 août à Moutrot (54).

Les Grands Jardins, une ferme comme les autres ?

Vue de loin, avec sa quarantaine de vaches, de veaux et de porcs gascons, on se dit bien qu’elle est un peu petite… Mais quand on se rapproche, on se rend rapidement compte, qu’ici, la conception de l’agriculture n’est pas tout à fait la même qu’ailleurs.

D’abord, ce choix du bio. Tout commence un dimanche matin avec une odeur violente : épandage de pesticides à 15 km. Puis, une révélation qui fait sens, le passage en bio permet de se réapproprier son métier d’agriculteur et d’enclencher une nouvelle approche du travail. En ne pensant plus la terre comme un support, mais en se reconnectant avec la nature et en recréant des liens de solidarité avec les autres agriculteurs.

Ensuite, ce choix de la proximité. Les 50 hectares du domaine sont tous à moins d’1 km de la ferme. Parce qu’aux Grands Jardins, on sait que maintenir une activité au cœur du village aide à entretenir le paysage et évite que les villages ne deviennent des dortoirs. Des choix que Didier, propriétaire des lieux, ne regrette vraiment pas.

Terre de Liens m’a permis d’accéder à la terre

“Quand les gens m’ont vu bricoler avec mon petit tracteur et mes quelques bêtes, ça leur a plu. Tout le monde n’a pas la conception d’une agriculture énorme. D’habitude, les terres vont au plus offrant, donc les grosses structures céréalières. Pour provoquer, j’ai dit aux habitants du village que s’ils me laissaient leur terrain, je les passerai en bio. Et ça a marché ! Certains m’en ont même donné gracieusement.

Je me suis aussi tourné vers Terre de Liens, et ils m’ont aidé à accéder à de nouvelles terres pour cultiver les céréales pour mes porcs.”

Didier, agriculteur