Du Far Ouest à la poétique Bardonnière

AlterTour Agriculture, Edition 2019, Nouvelle-Aquitaine, Lutte

Un festival contre le projet de Surf Park de Saint-Père-en-Retz

Après une nuit festive où se sont enchaînées musique brésilienne, danse bretonne et cantonades de Ludo sur les percus de Valentin (deux altercyclistes de talent ! ), le réveil dans la ferme du Pin fût émouvant.

La veille, les militants du collectif Terres communes  avaient dû se replier sur la ferme du Pin, suite à l’échec de l’installation d’une Zone à Protéger (ZAP) sur le site du projet de Surf Park de Saint-Père-en-Retz.

Yohann, maraîcher de son état et tête pensante de l’action contre le Surf Park avec le collectif Terres Communes, nous a raconté plus en détails les affrontements de la veille. Nous n’y étions pas, mais nous avons pu grâce à son récit visualiser le champ de bataille où se sont affrontés des paysans « miliciens », venus empêcher l’installation de la Zone à Protéger et déterminés à faire justice eux-mêmes, et les opposants au projet du Surf Park, réunis pour installer le festival de lancement de l’action. Le tout sous les yeux des gendarmes décidés à ne pas intervenir.

Yohann nous raconte : « Quand on voit des miliciens avancer vers nous à bord de tracteurs dont la taille des roues pourrait écraser un homme, nous menaçant de mort face aux forces de l’ordre refusant d’intervenir, on se dit que la situation est grave. Il faut quand même savoir que la région est déjà en situation de sécheresse et que les agriculteurs n’ont plus le droit d’arroser leurs cultures. Et face à ça, on veut construire un complexe qui utilisera des millions de litres d’eau potable. »

 C’est le cœur gros d’impuissance mêlée de révolte que nous nous sommes mis en route, juste après avoir entendu le père de Yohann nous inviter à l’insurrection face à l’urgence de la situation climatique générale.

Chasse au trésor à La Bardonnière

50 km plus tard, nous sommes arrivée à la ferme de maraîchage biologique et d’accueil de la Bardonnière, étape du jour.

Après un bon repas, nous avons profité du confort nouveau du lieu (douches chaudes et toilettes sèches colorées) puis fait une visite/chasse au trésoranimée par nos hôtes Louise et Yannick.

Ce lieu enchanté a été installé il y a six ans. La ferme est d’une part dédiée au maraîchage sur sol vivant : toutes les cultures sont « fouinées » (couvertes de paille) et les parasites ne sont pas traités, d’autres part à l’accueil de campeurs et de groupes d’enfants.

En fin d’après-midi, des représentants locaux de différentes associations liées au circuits durables de l’alimentation locale (Accueil paysan, Paysans de nature, Nous voulons des coquelicots, Collectif Court Circuit, LPO et une élue de la mairie de Bois de Céné) nous ont présenté leurs engagements respectifs en faveur de la résilience territoriale.

La soirée se termine en débats avec les Altercyclistes autour de sujets tels que la sauvegarde du foncier agricole, de la biodiversité et du climat, de l’éducation populaire, de la relocalisation des activités économiques, etc.

Elina et Charlotte