A l’abordage d’Annecy

Jonas Auvergne-Rhône-Alpes, Edition 2020, Transverse

Après notre folle nuit passée avec la petite Lucette, dont on demandait encore, encore et encore une (nouvelle) chanson de guinguette, le beurre de cacahuète a dégagé la brume de notre chaste sommeil au Potager des Castors dorénavant désherbé, paillé et maré à toutes épreuves. Démarré au qualtertour, le troupeau de roues à peau rouge écrevisse pédalent, sans dévaler, le plat lac d’Annecy, sans pâlir des râles de quelques piétons à travers le calme canal de la ville. Et qui dit ville dit ferme: passez donc l’écurie du Moulin Rouge, dit la Cravache, pour bifurquez à la chaleureuse Fermaculture. Ferme face à nos tentations de poser tentes et regards admiratifs aux potagers rectangulaires et circulaires, nous reprenons aussitôt un autre bol d’air: certes la vélorution n’attend pas, l’heure est à la solution. Casques, blasons, fanions et traitS de crème solaire en visière sont nos cris de guerre. Nos destriers sont nos causes contre les conséquences. Guidé par l’association de cyclistes Roule’N’Co, on avance slogans en avant.

Une vélorution qui nous mène à l’ECREVIS

Le vent nous mène à l’ECREVIS, l’Espace Commun de Rencontres Extraordinaires Vecteur d’Idées à Suivre, accueilli par l’équipe hors du commun d’Ombeline. Cette association trépidante est un tiers lieu indépendant disposant d’ateliers partagés avec sa menuiserie, ferronnerie, sérigraphie, bureaux et tant d’autres. « Une Pouponnière avant la Pépinière » disent-ils, où curieux, passionnés et professionnels se croisent, échangent et se mutualisent. Tout adhérent peut proposer des événements. La maison est soutenu par le don, le récupération et le recyclage, puis se partage à prix libre. Notre déjeuner d’affamés est d’ailleurs ici composé de légumes récupérés, hors normes, alternatifs en somme. Des associations se joignent à notre digestion pour le bonheur de notre érudition, tel qu’Extinction Rebellion. L’Accorderie d’Annecy échange services et coopération, avec pour seule et simple monnaie le temps de l’un pour l’autre. France Nature Environnement et FOL74 se rejoignent à la poignée d’irrésistibles fanas fadas de la pédale.

Après le café : les ateliers. La fresque du climat, outil interactif et collectif qui rabat les cartes du monde, montre que tout est lié et relié à nos lubies. Les altercyclistes ne jettent pourtant pas l’éponge en fabriquant des tawashis. Le soir, l’ECREVIS nous délecte d’un vice au nom lisse: le groupe de musique La Rue qui t’emmerde.
Merci Annecy, Merci l’ECREVI à Suivre.

Yann