L’AlterTour passe à Paris !

Julie Édition 2018, Consommation, Économie, Environnement, Île-de-France

Aujourd’hui 23 juillet, le peloton s’engouffre dans le tissu urbain parisien à la recherche d’oasis de verdure. C’est tout d’abord, l’association Genti’ilot vert à Gentilly, qui nous accueille. Créée en 2017, dans le but de préserver des espaces rares de terre pleine, l’association s’oppose à un projet immobilier dans le cadre du Grand Paris. Elle met notamment en avant la biodiversité du lieu et ses espèces protégées. Dernièrement, elle parvint à retirer la candidature de la Mairie de Gentilly à l’appel à projets du Grand Paris, un exemple qui en invite d’autres !

C’est face à une menace similaire de promotion immobilière, que différentes associations résistent dans les jardins des Murs à pêche de Montreuil. Illustre espace datant du XVIIe siècle, les 500 hectares de parcelles clôturées par des murs gardant la chaleur, permettaient de cultiver des fruits d’ordinaire réservés à des régions plus méridionales. Aujourd’hui, « le lieu meurt doucement », malgré la multitude d’initiatives associatives qui existent : permaculture, accueil scolaire, théâtre, potager voyageur, concerts, accueil des scolaires. Les Murs à pêche, oasis de vivre ensemble naturel, sont plus que jamais à défendre.

Enfin, l’AlterTour trouve refuge chez les Marmites volantes de Montreuil pour y savourer leurs plats à base de produits frais, bio, locaux et le tout sans déchets. Des cuisiniers en insertion composent une équipe défendant un travail respectueux de l’humain et émancipateur. La livraison des mets savoureux est réalisée en vélo, ça roule pour les marmites et nos papilles !