Dans ma culotte

Jonas Edition 2021, AlterTour, Bretagne, Education, Environnement, Partenaires, Transverse

Santé menstruelle, éthique et protection de l’environnement vont de paire.

Dans Ma Culotte est né de la rencontre de ses cofondactrices, Marie et Noëlle. À l’origine ingénieure en informatique et graphiste, elles s’interrogent sur la nocivité des protections menstruelles et veulent proposer aux femmes des produits sains et responsables. Dès 2016, elles vendent sur leur site des protections périodiques lavables, auxquelles s’ajoutent aujourd’hui une gamme jetable bio et d’autres produits liés au bien-être menstruel. 

Quand les entrepreuneuses vont très loin !

Mais Dans Ma Culotte n’a rien d’une entreprise comme les autres : engagées, Marie et Noëlle entendent à la fois informer sur le cycle dans son ensemble, libérer la parole, briser les tabous, casser les idées normatives sur le corps, rendre accessibles les protections saines et responsables, et lutter contre la précarité menstruelle. Rien que ça ! Et ces engagements se traduisent en actions concrètes : Noëlle, qui est Chief Impact Officer explique : “on a distribué des serviettes lavables, au début au Burkina Faso et au Maroc. Puis on s’est dit “mais quelle est la situation en France ?”. On pensait aux femmes sans abri. On a travaillé avec l’association Règles élémentaires.” Au total, Dans Ma Culotte a donné plus de 6000 protections lavables à des associations, et organise des distributions de protections dans des universités

Marie & Noëlle, cofondatrices © Dans Ma Culotte

Briser le tabou autour des règles

Noëlle nous raconte “On voulait apporter du bien être à chaque étape du cycle menstruel. On s’est rendu comptes qu’en plus de l’ignorance, il y avait aussi beaucoup de honte”. Dans Ma Culotte est devenue l’organisateur, en France, du Menstrual Hygiene Day, le 28 Mai, pour informer sur le sujet. Pour Noëlle, “d’un point de vue collectif, c’est essentiel d’essayer de comprendre. C’est pour cela que nous informons énormément, même sur des sujets tabous comme les pertes blanches ou l’endométriose. Nous voulons transmettre un message, notamment en rappelant qu‘il n’y a pas de normalité.” Les fondatrices défendent aussi la liberté de choisir les meilleures options selon notre corps et nos besoins. 

Un besoin fondamental et un combat politique à mener

D’après Noëlle, “se protéger pendant ses règles est un besoin fondamental ! Les personnes qui ne peuvent pas le faire ne pourront pas aller à l’école ou au travail, seront mises de côté, stigmatisées, perdront leur dignité.  Nous souhaitons que tout le monde puisse se sentir libre d’être bien dans sa culotte et dans sa tête. Comment peut-on prendre soin des autres sinon ? En 2019, nous avons témoigné à l’Assemblée nationale sur la situation menstruelle en France. Il y a des efforts de fait, un budget de 5 millions d’euros alloué à la lutte contre la précarité menstruelle, mais il faut aller plus loin, éduquer davantage, et offrir des protections gratuites dans les collèges et lycées.

C’est le 22 juillet qu’on rencontre Noëlle pour parler de cette initiative lors de notre passage à Valorbiquet.

Site internet https://dansmaculotte.com/fr