Qui a déjà vu des cochons gambader dans les champs ?!?!

AlterTour Agriculture, Edition 2021, AlterTour, Alter-D-tour, Normandie, Transverse

Les altercyclistes de l’AlterTour et de l’alter-D-tour !

En escale les 2 et 3 Août à la ferme du bois Landelle à Hudimesnil, pas très loin de Granville, les 2 groupes se sont retrouvés pour une journée de pause en commun dans cette ferme biologique certifiée AB et Biocohérence.

Après 2 bonnes grosses étapes de vélo (86 puis 60 km, ça fait maaaaal!), l’AlterTour arrive dans le petit chemin menant à la ferme sous les cris et les applaudissements des participant.e.s de l’alter-D-tour, des retrouvailles chaleureuses qui annoncent 2 soirées et 1 journée joyeuses et festives.

Et les porcs sont en effet en train de courir dans les champs au bois Landelle. Parce que c’est comme ça qu’ils sont en bonne santé et meilleurs à manger.

Une communauté militante et autosuffisante

Nous sommes accueillis par Lucie et Willow, à l’origine de cette exploitation en polyculture-élevage de 60 hectares, partagée entre 4 personnes/familles. Et Lucie et Willow, ils ne rigolent pas quant aux engagements en faveur de l’environnement ! Autosuffisance, entraide, mutualisation, passivité énergétique et respect de l’animal sont les maîtres mots de ce lieu aux multiples facettes. C’est une communauté militante, hébergeant une boulangerie, une fromagerie, une yourte/bar associatif et accueillant tous les vendredis un marché de producteurices permettant de vendre en direct toute la production de la ferme.

Au réveil le 3 Août nous découvrons tout le potentiel de ce vivifiant projet, présenté par Lucie, qui nous fait visiter les lieux et nous explique, avec Willow, leur démarche et leur parcours. C’est d’abord l’adage : “l’union fait la force” qui détermine le lieu. On s’échange le matériel agricole, on mutualise les terres, on se prête main forte à plusieurs, fonction des tâches et des périodes de l’année. Ceci permet de démultiplier les activités tout en restant cohérent.

A cela on ajoute un sentiment fort de liberté puisqu’il se trouve que tout ce fonctionnement ne bénéficie d’aucun soutien de quelque banque que ce soit. “Pour quoi faire une banque?!” dit Willow.

Une journée qui a fourmillé !

Cerise sur le gâteau, on distille, on infuse, en partageant au plus grand nombre, en accueillant des groupes, des familles, des voyageur.e.s de passage. C’est ainsi que nous avons passé la journée entre ateliers et conférences, rencontres et échanges, avant de participer à une fiesta qui n’a rien à envier aux festivals estivaux renommés.

Matin et après-midi se sont organisés autour du montage d’une serre mobile expérimentale pour le maraîchage, de conférences avec la confédération paysanne, d’atelier couture de sacs à pain ou encore d’une projection du film “Watt the fish” prêté par l’association Bloom et de la préparation de la fête tant attendue du soir, où nombreux.ses furent les participant.e.s autour de batucada, concerts, buvette et repas, le tout pour financer un poste pour la cellule locale de la confédération paysanne.

Un très beau témoignage de la vivacité du monde paysan, de sa capacité d’innovation et de rassemblement. On aurait bien passé une journée supplémentaire (surtout que la serre n’est pas terminée, oups…) mais l’aventure continue, vers d’autres projets!

Anna