Le jardin des semences

Jonas Edition 2022, Agriculture, Provence-Alpes-Côte d'Azur

Nous nous éveillons au cœur du vert de la Provence, entre pins et oliviers, bottes de paille et soleil ardent. C’est Amélie qui nous accueille sur son terrain, dans les collines avoisinant Barjols. Amélie est semencière. Elle cultive des plantes potagères, aromatiques et médicinales afin d’en extraire les graines. Ces dernières sont reproductibles et libres de droit et se vendent sous l’étiquette les jardins des semences. Ainsi, les graines ne font pas l’objet d’un quelconque brevet et peuvent être reproduites d’une année sur l’autre.

Durant la matinée, nous prêtons quelques paires de bras à Amélie et son père sur deux chantiers : installation de voiles d’ombrage & peinture de piquet au bitume de pins (imputrescible). Après une visite du potager, Amélie nous explique quelques bases de génétique. Nous découvrons l’apparence des fleurs et graines de divers légumes qu’on trouve dans notre assiette puis nous finissons par une extraction de graines de tomates.

En parallèle, une équipe vient donner la main aux voisins, Antonin et Pauline, aka pépinière les lichous. Installés depuis une année, ils cultivent des plantes vivaces et des arbres fruitiers. Les plantes vivaces vivent plusieurs années, bien qu’elles perdent parfois feuilles et fleurs en hiver. Ici il y a entre 75 et 100 espèces différentes dont de nombreuses vivaces rares et méconnues. Parmi elles, les altercyclistes goûtent la « plante fromage »qui marque les esprits. L’armature d’une serre est montée pour rafraichir ou réchauffer selon la saison (difficile à croire alors que nous suons nos vies sous le soleil caniculaire que les nuits peuvent atteindre -8° en hiver).

Cette matinée est riche, et un troisième atelier nous donne à découvrir l’Aggrozouk. Mais kézako ? Tel un lego technique grandeur nature, il s’agit d’un tracteur à pédale et moteur électrique. Promu par l’atelier paysan et farming soul, c’est une machine agricole que l’on peut auto-construire avec peu de moyens. Tous les supports pédagogique sont trouvables sur internet et en libre d’accès. Vive l’autonomie !

Nous profitons de l’après-midi pour nous rafraîchir à la rivière, réparer quelques vélos, faire une lessive salvatrice ou encore éplucher les butternuts pour le dhal du soir.

Afin de clôturer la journée en beauté, nous échangeons avec les membres de Potager et compagnie. On reste dans le thème de l’agriculture biologique avec en plus la présentation d’un centre de formation et d’un bureau d’étude. Potager et compagnie accompagne la création de potager d’entreprise et de ferme communale destinée à alimenter les cantines scolaires locales. Joli projet qui met un sacré coup de pied dans la fourmilière et soulève au sein des altercyclistes de nombreux questionnements politiques, éthiques, financiers. Le modèle de Mouans-Sartoux est souvent cité en exemple à propos des répercussions d’une cantine scolaire bio et locale, jetez-y un œil.

Deborah