La petite révolution des cyclistes de l’Alter-D-Tour, en visite à la Ferme de Sarliève, à Cournon

Pauline Edition 2022, Auvergne-Rhône-Alpes, Agriculture, AlterTour, Alter-D-tour, Revue de presse, Vélo

Et si la révolution se faisait à coups de pédale ? Ce dimanche 28 août, les collectifs Vélorution et Vélo-Cité, qui militent pour l’utilisation de la bicyclette, organisent une manifestation en deux roues dans les rues de la métropole clermontoise. Ils seront rejoints par un groupe de cyclistes aux mollets engourdis par plusieurs semaines de pédalage sur les routes de France : les coureurs de l’Alter-D-Tour.

Cela fait 15 ans que des bénévoles organisent chaque été ce tour de France à vélo des initiatives porteuses de solutions de la transition écologique et sociale.

« Une petite fourmilière avec une grosse force collective »

Hier, ils étaient à la ferme de Sarliève, à Cournon (Puy-de-Dôme) pour donner un coup de pouce aux paysans qui exploitent ces 80 hectares de terre jouxtant l’autoroute A75. Au programme, l’aménagement d’une parcelle de 500 mètres sur laquelle les chèvres de la ferme iront pâturer.

« L’idée est que la production animale serve la production végétale, expose Audrey Vigignol, l’une des trois associées de la coopérative qui porte la ferme. Les brebis vont pâturer les chaumes [tiges restées au sol après la moisson] et fertiliser la terre avec leurs excréments ». Une alternative à l’agriculture spécialisée et productiviste.

Rapidement, les cyclistes forment des tandems pour enfoncer d’épais tasseaux de bois à coups de masse. Une bénévole suggère une analogie : « on est une petite fourmilière avec une grosse force collective ». « Faire ensemble, c’est une bonne façon de se rencontrer », s’enthousiasme Elsa Abdessadok, trésorière de l’association.

Venue de Belgique pour faire son premier Alter-D-Tour, Lison Faustier a les marques de bronzage d’une grimpeuse du Tour de France.  « Voir ces potagers, maraîchers, ces projets de lutte… Ça entretient l’espoir ». L’espoir de quoi ? D’une planète non dopée demain.

« Après les chantiers, certaines fermes nous disent « vous nous avez fait gagner deux semaines de boulot » », raconte Fleur Grappin, qui voyage avec son fils. En une heure, plusieurs tasseaux sont déjà plantés et le filet à mouton commence à être déployé.

Le départ de la Vélorution est à 11 h 30, depuis les locaux de l’Association La Roue Tourne (Clermont-Ferrand). À, 12 h 30, un pique-nique est organisé sur la parcelle du jardin Rabanesse.

Rémi Bayol – La Montagne