On a fait le procès de Mosanto

Mathieu Lutte, Édition 2011, Provence-Alpes-Côte d'Azur

Compte-rendu du Procès de Mosanto par le Tribunal International,

sous le chef d’inculpation de crime contre l’humanité,

à l’initiative de plusieurs collectifs en partie civile.

D’après une idée originale et un texte rédigé par des membres du Collectif 1384 Sans OGM, à savoir les Faucheurs Volontaires Marseillais et Vauclusiens, Les Amis de la Terre Vaucluse, l’Association Foll’Avoine, La Confédération paysanne 84.

Sous forme d’un procès à l’encontre de la firme Mosanto, nous avons été confrontés à différents points de vue argumentés concernant différents personnages, à savoir

  • le procureur, le juge, l’avocat de la partie civile, l’avocat de la défense ;

  • les plaignants : la représentante d’un collectif de mères, de paysans, d’une ONG, sans oublier une citoyenne ;

  • les témoins de l’accusation : un paysan, un économiste, un scientifique, un député, un ornithologue ;

  • les témoins de l’inculpé : un paysan de l’industrie agro-alimentaire, un représentant du FMI & de l’OMC, un salarié de chez Mosanto, un scientifique pro-OGM.

    Après la lecture du casier judiciaire de la firme, plutôt chargé, chacun(e) des plaignant(e)s intervient pour défendre son point de vue, avec quelques commentaires ironiques & autres questions sarcastiques de la part de l’avocat de Mosanto au meilleur de sa forme à l’encontre des témoins de la société civile.

    Suivent le réquisitoire du procureur, puis les plaidoiries de l’avocat général & de l’avocat de Mosanto.

Les jurés populaires se retirent ensuite quelques instants et reviennent avec la délibération suivante :

  • attendu les risques que Mosanto fait courir à l’humanité ;

  • atendu les risques sur l’appropriation du vivant ;

  • attendu la démarche volontaire & agressive de vouloir s’approprier le vivant & dominer l’alimentation mondiale, avec la bienveillance des organismes internationaux…

    Nous jugeons l’accusé coupable de crime contre l’humanité.

    Les jurés, tirés au sort parmi les spectateurs, ont donc jugé à l’unanimité la firme Mosanto coupable de crime contre l’humanité…

    Addenda : l’avocat de Mosanto n’a pas jugé bon de nous noyer sous des tonnes d’expertises et autres contre-expertises, avec moult résultats quantifiés qui nous auraient laissé aussi pantois qu’assommés…

    Nous avons également été épargnés de manipulations qui, à défaut d’être génétiques, auraient pu être sémantiques…

    Car les Organismes Génétiquement Modifiés auraient pu tout autant être présentés comme des Organismes Gentiment Modifiés…

    En effet, les T-shirt de l’Alter Tour auraient tout aussi bien pu être fabriquées à partir de fibres de coton bio amélioré par des séquences d’ADN d’araignées rendant beaucoup plus solides, élastiques & résistantes les dits T-shirts.

    Qui plus est, les inscriptions sur les T-shirts auraient pu également être phosphorescentes, à condition de glisser quelques séquences d’ADN de méduses des hauts fonds dans l’encre d’impression des logos de l’AlterTour…

    Faute de ces arguments aussi percutants que convaincants, les jurés (tout comme le public des Alter Cyclistes) n’ont pu être sensible aux arguments de l’Avocat de Mosanto, ce qui explique à quel point la sentence a été nette & définitive.

Hervé