Marrais mouillés et Marrais desséchés

Mathieu Agriculture, Pays de la Loire, Edition 2010

Journée de repos mais ceux qui le veulent partent avec Pierre Cotron  et Joseph Texier membre du syndicat de marais.

Après les marais mouillés les marais desséchés…
Opposition entre deux sociétés : les riches propriétaires fonciers et leurs ouvriers :

– Les Cabaniers construisant les digues et les écluses protégeant leurs cultures dans les marais asséchés.
– Les Huttiers s’organisent sur les communaux des marais mouillés faisant paître leurs vaches, mettant en commun le four à pain et qui seront à l’initiative des premières coopératives.

Depuis le 8ème siècle à l’initiative des Templiers les marais ont commencé à être asséchés, en effet les limons déposés lors des marées rendent ces terres particulièrement riches et fertiles excellentes pour la culture du blé dur. Les abbayes prennent le relais des Templier.

Depuis Henri IV, la royauté s’intéresse à ces terres et développent digues et canaux. des riches propriétaires investissent dans la constructions de digues réalisées par une main d’œuvre abondante :une face à la mer et une contre les eaux venant des terres entre ces deux digues est ainsi créé ce que l’on appelle le marais desséché Les propriétaires qui s’accaparaient les terres asséchées avaient l’obligation de construire une nouvelle digue face à la mer dans les 100 ans et avançaient alors l’écluse qui se trouvait derrière, en moyenne était construit une digue tous les 50 ans La guerre de 1914 dépeuplera la région et la main d’œuvre importante nécessaire à la construction des digues. La PAC de 1960 relance la création des polders et des digues, la dernière sera construite en 1965. Depuis les années 80 la zone entre la mer et les dernières digues est devenue domaine maritime et un parc régional y est créé pour sauvegarder la faune et la flore.

 Claire