Fils d’agriculteurs conventionnels, je serai apiculteur bio

Mathieu Agriculture, Environnement, Grand Est, Édition 2018

Les Miels de la Champagne accueilleront l’AlterTour le 1er août à Maisons-en-Champagne (51).

Une histoire de famille, de passion et d’engagement.

Pierre devient apiculteur en 1991. Au début, ses ruches étaient hébergées sur les terres de ses parents, ses voisins et ses frères. En 1996, il s’installe à Ponthion, à quelques kilomètres de Vitry-le-François, dans la Marne. Fils d’agriculteurs conventionnels, il s’est tourné vers l’apiculture bio, comme Jean-Luc son frère aîné. Le déclic est venu pendant son BTS Productions animales. En cours, il se passionne pour l’ornithologie, une belle porte d’entrée sur la biodiversité. Et pendant les vacances scolaires, il travaille sur l’exploitation apicole de Jean-Luc. Une vocation est née ! Dans les années 1990, le milieu apicole traverse une grande crise, le prix du miel est au plus bas. Bon nombre de confrères vendent exploitations, matériel, ruches et essaims. Finalement une chance pour s’équiper et démarrer son activité. Aujourd’hui, ses 300 ruches lui permettent de vivre. Il ne compte pas s’agrandir : Pierre préfère voir s’installer les jeunes.

Je ne cherche pas à opposer deux visions de l’agriculture

“Pour obtenir la certification bio sur mes miels, je dois placer mes ruches à une distance supérieure à 3 kms des cultures traitées, des grosses agglomérations, des industries polluantes, des autoroutes, des aéroports… En Champagne crayeuse, l’agrochimie monopolise l’espace, elle est présente partout. Mes miels issus de fleurs de colza et de tournesol sont de fait exclus du label. Je connais bien le milieu agricole conventionnel et les raisons qui ont amené mes parents à utiliser la chimie. Je ne cherche pas à opposer ces deux visions de l’agriculture. Ce qui ne m’empêche pas d’espérer que les pratiques finiront par évoluer dans le bon sens. De mon côté, je soutiens l’action du Conservatoire d’espaces naturels de Champagne-Ardenne sur le marais de Saint-Gond et les vallées de Champagne. En préservant la biodiversité, je protège les ressources mellifères. ”

Pierre, apiculteur

Les Miels de la Champagne accueilleront l’AlterTour le 1er août à Maisons-en-Champagne (51). Pour plus d’infos consultez le programme.