Un autre monde existe, il est déjà à Ungersheim

Julie Agriculture, Édition 2018, Économie, Énergie, Grand Est, Environnement, Habitat

Ungersheim accueillera l’AlterTour les 19 et 20 août.

« L’exemple ce n’est pas le meilleur moyen de convaincre, c’est le seul ». Voilà de quel bois se chauffe Jean-Claude Mensch, le maire d’Ungersheim. Son village est maintenant célèbre pour la diversité de ses actions pour la transition. En voici quelques traits.

Produire ce que l’on mange

Ici les enfants mangent 100% bio à la cantine. Les jardins de Cocagnes produisent des paniers de légumes bio. Une conserverie permet aux légumes moins jolis de trouver trouver une seconde vie. Un paysan boulanger s’est installé sur la commune, et cultive des semences anciennes, moins gourmandes en eau et nutriments.

Etre autonome en énergie

La commune a construit la plus grande centrale photovoltaïque d’Alsace,  une toiture solaire pour la piscine ainsi qu’une chaufferie bois pour les bâtiments communaux. Côté habitat, un Eco-hameau, zéro carbone, s’est développé. Le cheval d’Ungersheim est devenu la mascotte des enfants qu’il transporte à l’école, il est devenu un sérieux vecteur de sensibilisation vers des déplacements doux non polluants.

Avec tous, on peut tout

La démocratie participative est au cœur de cette transition. Avec elle, une réflexion et des prises de décisions émanant de la société civile, qui participe activement aux débats. Les projets sont réfléchis en commissions thématiques. Ainsi, la friche d’une zone industrielle a été transformée en zone naturelle protégée, et un espace de vie à vocation thérapeutique s’implante pour les personnes handicapés. Une monnaie locale complémentaire (le « radis » !) assure la bonne articulation de l’ensemble des actions de la transition.

Ce tableau n’est pas un conte : c’est la vie à Ungersheim.

Venez les rencontrer les 19 et 20 août avec l’AlterTour ! Pour plus d’infos consultez le programme.

 

Ungersheim, le village de « Qu’est-ce qu’on attend ? », un film de Marie-Monique Robin :