Festival du Bishnoï : l’alternative, ça commence par le vélo

Mathieu Lutte, Revue de presse, Grand Est, Édition 2018

Le Bishnoï, ce militant qui aspire à changer de mode consommation et de transport, a ouvert sa « réserve », hier en fin d’après-midi à Ernolsheim-Bruche…

… et c’est comme prévu, la manifestation AlterTour qui rallie des lieux de résistance en France qui a lancé ce 3e  festival. Une quarantaine de cyclistes sont arrivés peu avant 17 h, en vélorution depuis Strasbourg, accompagnés d’une trentaine de soutiens. Ils ont posé autant de tentes dans le champ que surplombe l’ancienne minoterie, derrière une grande scène.

Pour les premières notes de cette dernière, une quinzaine de personnes étaient venues « pour la musique ». Du gospel pour commencer.

Habitués de la lutte anti-GCO

Alors que les quelque 80 à 100 bénévoles finissaient de dresser panneaux et stands, que le président Guillaume Bourlier donnait une interview à une télé locale, les deux premières heures ont vu affluer les habitués de la lutte anti-Grand contournement ouest, plutôt. Le « simple » habitant du village semblait n’avoir pas (encore) pointé le bout de son nez…

L’ambiance était encore calme, sous des ampoules de guinguette. Les slogans avaient refleuri, les stands des associations environnementalistes comme du « consommer et se déplacer autrement » s’animaient en douceur. Ceux de petite restauration, alternatifs eux aussi, qu’ils soient végans ou locavores, se garnissaient, tout en commençant à se dégarnir. La buvette prenait également vie. Le festif s’installait.

Du côté de la plateforme de la plaine verte du village, une conteuse fredonnait au milieu des arbres… des arbres sur lesquels les opposants à l’A355 vont recommencer à veiller. L’échéance du 28 août (la réunion du Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques) est dans beaucoup de bouches.

N.S., Dernières Nouvelles d’Alsace, le 24/08/2018