Tour sans dopage

Mathieu Revue de presse, Grand Est, Édition 2018

L’AlterTour 2018 a fait étape il y a quelques jours à Manspach pour y découvrir le potager de Fabrice Meyer.

L’AlterTour se définit comme « une bande de citoyens curieux, de tous âges, de toute la France et d’Europe, poussés par l’envie d’aller à la rencontre des alternatives ».

À vélo, ils sillonnent villes et campagnes « à la rencontre de celles et ceux qui construisent le monde de demain ». Partis d’Amiens, le périple dure au maximum six semaines et se terminera ce dimanche 26 août à Kolbsheim avec le collectif résistant contre le grand contournement ouest de Strasbourg.

Pour la 11e édition, plusieurs étapes ont permis de découvrir des initiatives en Alsace dont les Jardins de Manspach où le maraîchage est pratiqué de manière « alternative » sur une parcelle de 1 hectare mise à disposition par la commune.

Une gestion différenciée

« Chaque parcelle est conduite différemment, en fonction de la culture qui y est implantée », explique le maraîcher respectueux du milieu et de ses habitants sous-terrains et aériens. « Les limaces sont par exemple nécessaires au cycle de l’humus, il s’agit de vivre avec elles sans qu’elles ne fassent trop de dégâts », explique-t-il en concédant qu’il faut aussi savoir faire des compromis dans l’approche durable. « Mes outils, ce sont les plantes, elles répondent à mes problèmes mais je dois gérer pour que cela fonctionne. Pour l’instant, je n’arrive pas à cultiver sans toile plastique, des toiles de chanvre biodégradables permettent d’envisager d’autres possibilités, mais les coûts restent élevés… », poursuit-il en évoquant aussi la possibilité de canards coureurs indiens, grands amateurs des limaces, mais qu’il faut éduquer à apprécier la limace !

Parmi la cinquantaine de cyclistes du jour figure Olivier Duflot, infirmier à Mulhouse qui s’est inscrit pour quatre étapes avec sa fille de 14 ans, Emma.

« Des visites incroyables »

« On a droit à des visites incroyables, cela me permet de découvrir des initiatives alternatives tout près de chez moi et que je ne connaissais pas ! », témoigne – t-il, également ravi de la très bonne organisation de l’AlterTour où chaque participant met la main à la pâte. Chacun à son rythme, découvre avec un moyen de locomotion non énergivore un territoire et des citoyens, acteurs d’un projet dans lequel transitions écologique et sociale sont possibles.

Nathalie THOMAS, Dernières Nouvelles d’Alsace, le 22/08/2018