Il serait peu dire que l’AlterTour a changé ma vie.

Vincent Témoignages, WE de préparation

L’AlterTour est fait de personnes ! Qui donnent de leur temps, de leur énergie, de leurs idées, qui découvrent et grandissent au cours de l’aventure, et un jour s’en vont semer un peu plus loin… Avant de leur dire bonne route, nous leur donnons la parole !

Ce jour-là, je suis tombé amoureux de l’AlterTour

J’ai découvert l’AlterTour en 2013. Un collègue de l’ADEME où je travaillais alors, Olivier qui l’avait fait 2 ans plus tôt, et sachant que j’aimais le voyage à vélo, m’en avait parlé. Je me suis tout de suite dit ce truc-là est fait pour moi ! Les 2 premières années j’y suis allé avec mon coloc et ami, Geoffrey. Notre tout premier jour fut inoubliable : on a rejoint le groupe sur une alternative sur laquelle il y avait une piscine naturelle, comme souvent un lieu magnifique. On a pris une assiette, c’était l’heure du dîner, et on s’est posé avec le groupe qui suivait avec attention le spectacle incroyable d’un comédien-musicien qui avait inventé et fabriqué lui-même ses instruments de musique, notamment un composé de tuyaux de tailles diverses. A la fin du spectacle, Luc, un adolescent autiste ayant participé à plusieurs AlterTour, monte sur scène, prend le micro et commence à rapper. Partout ailleurs, les gens auraient souri, ne sachant trop quoi faire, polis et gênés à la fois. Pas là. Le musicien est revenu l’accompagner, d’autres ont sorti guitare et accordéon et une bonne partie du groupe s’est mis à danser, comme ça spontanément sans même être saouls ! Puis on est rentré au camp en empruntant les petites routes de campagne, éclairé·es par la lune, les étoiles et les lampes de nos vélos telle une colonie de lucioles cheminant dans la nuit. C’était magique ! Quelle entrée en matière ! Ce jour-là on peut dire que je suis tombé amoureux de l’AlterTour.

… puis de l’Orga

C’est pour cela que, dès la rentrée, je me suis mis dans l’orga et que j’ai préparé des étapes pour la session de 2014 (notamment la Scierie à Piégut-Pluvier et son bal occitan). C’est pour cela que je suis revenu sur le tour chaque année et que je me suis engagé dans le collège solidaire depuis l’AG de 2016. Et je dois dire que chaque année, je suis encore émerveillé par ce que l’on voit au sein des alternatives mais aussi par l’alternative que nous sommes nous-mêmes, par ce que l’on construit tou·tes ensemnble au sein de l’association : quel bonheur de nous voir nous emparer des outils de l’éduc pop pour permettre à tout un chacun de s’exprimer, pour prendre nos décisions, pour résoudre les tensions éventuelles, de voir aussi que petit à petit on améliore les conditions de travail de Mathieu ou encore le rangement des véhicules.

L’AlterTour m’a également fait découvrir le réseau REPAS 

Réseau d’Echanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires, au travers des structures du réseau par lesquelles nous sommes passées (Ambiance Bois, le Monde Allant Vers, le Battement d’Ailes, la Frênaie, Ardelaine, Champs Commun, Radis&Co, l’Ecocentre du Trégor…) et par les altercyclistes qui avaient participé au compagnonnage organisé par ce réseau et que j’ai fait en 2017. Le compagnonnage c’est un peu un AlterTour sans vélo et en restant plus longtemps dans les structures accueillantes ! Ce fut une expérience unique, difficile à décrire en mots, fantastique. J’y ai appris un million de choses et surtout j’ai beaucoup gagné en sérénité (comme avec l’AlterTour d’ailleurs) : oui un autre monde est possible, il existe et des tas de gens font en sorte de le mettre en œuvre ici et maintenant.

Depuis quelques temps, je ressens une envie de plus en plus pressante de m’ancrer localement 

Depuis que je connais l’AlterTour, je suis souvent en vadrouille les weekends et je me suis peu engagé dans les associations locales. Je ne m’y retrouve plus totalement et ai besoin de mettre mon énergie pour faire bouger des choses là où je vis, à Lyon actuellement. Depuis le début de l’année je commence à le faire au travers un collectif qui milite pour la gratuité des transports en commun, en participant à Alternatiba-ANV Rhône et en participant à des actions de désobéissance civile. Si j’ai encore envie de voir ce qui se fait comme alternatives, j’aspire aujourd’hui à participer plus activement à une ou des alternatives, sans compter le projet d’habitat partagé que je suis en train de monter avec des ami·es. C’est pourquoi j’ai décidé de quitter le CS, mais aussi l’orga : ça me paraît trop difficile avec mon niveau d’engagement actuel et mon tempérament de seulement réduire ma participation…

Mais je pars heureux. 

Heureux de continuer l’aventure d’une autre façon, heureux de voir que la relève est assurée, que l’AlterTour se porte mieux que jamais (plus de 400 inscrit·es cette année !), que l’on continue sur des bases plus saines avec notre précieux salarié. Et puis j’y ai appris mille choses sur moi, sur l’autogestion, comment préparer et animer une réunion, prendre des décisions au consentement ou au consensus, monter une formation, préparer un itinéraire à vélo, résoudre des conflits au sein d’un collectif. Tout cela m’est précieux dans mes engagements associatifs et militants mais également à ma coloc ou à mon travail. J’ai donné beaucoup, j’ai reçu énormément, aujourd’hui je continue à garder le lien et j’espère essaimer !Tout simplement, merci.

Vincent

Ils quittent l’AlterTour cette année, un grand MERCI !