Étape du 26 Juillet : Association Étang Nouveau et collectif Adam de Craponneeau

Mathieu Non classé

Ritournella

C’est à 6 heures précises que Florence a entonné ce chant d’amour traditionnel du sud de l’Italie en guise de réveil pour le plus grand plaisir des Altercyclistes installés sur le stade du Thor. Le petit-déjeuner qui a suivi nous a permis d’expérimenter les mélanges les plus audacieux : müesli montagnard, confiture de tomates vertes au citron, purée d’amande complète ou de sésame…

« De beaux moments d’échange »

Nous voici sur le départ après avoir remercié comme il se doit nos hôtesses Bénédicte et Patricia du collectif « Foll’ avoine » qui nous ont proposé un jeu de rôles très vivant sur les gaz de schiste. Une expérience formatrice, car « jouer et débattre, c’est aussi militer » souligne Bénédicte.

A la découverte de la Plaine de la Crau

10h : Céline puis Margaret et Pascal sur leur tandem nous quittent en musique… ce n’est qu’un au revoir…

Une agriculture durable associée au pastoralisme

Puis la joyeuse troupe entame son périple en direction de la Plaine de la Crau, sous la houlette de Jean-Luc Platon de l’association Étang Nouveau, membre du collectif Adam de Craponne.

Après un arrêt à la Chapelle Notre-Dame de Sixt puis un déjeuner sur l’herbe à la manade de Gillet, notre accompagnateur répond aux questions qui touchent à l’histoire de la Durance, faisant ainsi écho à la visite précédente que nous avons effectuée au partiteur de Lamanon. C’est aussi l’occasion d’évoquer l’agriculture sur cette plaine de la Crau : trois coupes successives permettent de récolter 100.000 tonnes de foin destinées aux chevaux de course, bovins et ovins. La quatrième et dernière coupe est assurée par les moutons eux-mêmes après la transhumance, permettant ainsi de fertiliser les prairies.

Le Domaine de Sulauze

En fin d’après-midi l’arrivée au domaine de Sulauze est majestueuse. Nous empruntons un chemin à travers 25 hectares de vignes et 5 hectares d’olivier pour arriver dans une ancienne grange à foin joliment restaurée. (www.domainedesulauze.com)

Après un savoureux repas concocté par le collectif Adam de Craponne, la soirée se poursuit avec deux conférences. Pascal Bazile nous présente la problématique de l’eau en P.A.C.A, puis René Benedetto conclut en formulant deux pistes de réflexion : la Durance doit retrouver son cours naturel, et cette eau doit être gérée par une instance régionale démocratique.

Ensuite Jean-Pierre Berlan, ancien directeur de recherche à l’INRA, évoque les manipulations sémantiques avec les organismes génétiquement modifiés, ou plutôt ce qu’il qualifie de « clones pesticides brevetés». Une démonstration convaincante permettant de dévoiler les écueils d’une technique qui sépare production et reproduction, dépossédant ainsi les paysans de leurs semences.

Il souligne les dysfonctionnements de nos institutions qui transforment « l’absence de preuve de risque, en preuve de l’absence de risque ».

Marjory, Alterjournaliste du jour