Étape du 3 aout 2016 : La Recyclerie du Pays de Daoulas à Irvillac

Mathieu Consommation, Bretagne, Édition 2016

Dès l’entrée dans la ressourcerie l’esprit associatif est palpable, un joli tableau noir indique : 17007 kg d’objets récoltés, 4600 kg d’objets remis en circulation depuis l’ouverture du lieu (le 2 février 2016). On trouve également des petites annonces de don et de recherche d’objets spécifique. Jeanne recherche un motoculteur, Stéphane donne un réfrigérateur, Pierrot donne une machine à laver… Bien en vue, trône la recyclette : une roue de vélo sur laquelle sont fixés des petits panneaux de bois avec les mots clés : relooker, réemployer, recycler, réduire, réparer, réutiliser…  On prend un objet, on tourne la roue et le hasard choisit pour nous la nouvelle destination de l’objet.

Ici la vaisselle, les livres et de nombreux objets se vendent au poids, un bon moyen de ne pas se prendre la tête sur les prix. Nous avons acheté une trentaine de verres pour l’AlterTour à 1 € le kg soit 3 € le lot.

Dans cette partie du Finistère, quand on a une idée, on ne débat pas pendant des années, on la met en pratique et on se fait plaisir ! C’est ainsi qu’à Logonna-Daoulas l’association des consomm’acteurs et l’association des producteurs ont créé Goasven, un lieu dans lequel on retrouve : un magasin de producteurs bio, un bar associatif et un atelier d’auto-réparation vélo mobile. A force de voir les vélos arriver en assez bon état Patrick, Rosine, Gilles, Michelle, Mathias, Philippe, François-Gilles, Fiona et Charles se sont dit que les greniers pouvaient contenir d’autres objets inutilisés mais toujours fonctionnels. En quelques semaines ils investissent l’association Ribine, trouvent un hangar à louer, organisent des réunions publiques pour faire connaître le projet et financer sont lancement. Pour payer les 6 premiers loyers une vingtaine de personnes prêtent à l’association 20 € par mois pendant 6 mois. Le propriétaire des lieux est lui aussi mis à contribution, il avance le coût des matériaux de rénovation et l’association organise des chantiers participatifs pour les travaux. Pendant ce temps, l’activité génère de la trésorerie pour rembourser tout ce petit monde. Les travaux permettent une mise aux normes des locaux en vue de recevoir du public. Après rénovation, les locaux prendront de la valeur et tout le monde sera content.

Le mois de janvier a permit de collecter un maximum d’objet, le premier week-end février l’association a organisée une grande vente inaugurale qui a rassemblée 300 personnes. Dès le début l’équipe bénévole à choisit de larges plages d’ouvertures pour accueillir un maximum de personnes. Le dépôt est ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h30 et la vente le mercredi et le samedi après-midi. Une fois par mois, une quarantaine de kg de fruits et légumes invendus sont récupéré à la Biocoop de Landernau, un appel à volontaire est lancé pour préparer un repas et une cantine solidaire est mise en place. ça créé du lien, de la convivialité et c’est assez simple à mettre en place puisque la Recyclerie possède tout le matériel nécessaire à la préparation d’un repas.

Issu de réseau militant, la quinzaine de bénévole est ravie de faire venir sur le lieu des personnes de tout horizon. Et les bonnes habitudes sont déjà prises, les habitants passent par la ressourcerie avant d’aller à la déchèterie. Ils se délestent aussi de tout ce qui est encore en état, ça frôle le circuit court !!

A terme, Patrick envisage d’installer dans la Recyclerie, un atelier d’autoréparation de vélo, ce qui compléterait l’activité de l’atelier mobile de Goasven à Logonna-Daoulas (à 5 km). D’ici 3 ans, l’idée serait de déménager dans des locaux plus grands, à proximité de la déchèterie. La collecte d’objet serait facilitée et la déchetterie pourrait financer la Recyclerie à hauteur de l’économie réalisée sur le volume d’objet non pris en charge par la déchetterie.