Étape du 14 août : Vassieux-en-Vercors – Saint Jean en Royans : La Ferme des Roussets

Mathieu Auvergne-Rhône-Alpes, Agriculture, Édition 2017, Social

Au cours des AlterTour 2009 et de 2010, Nicolas rencontres des anciens compagnons du Réseau d’Échanges et de Pratiques Alternatives (REPAS). En 2011, il rejoint le compagnonnage. Pendant 5 mois il s’immerge dans les entreprises du Réseau et expérimente le « travail autrement » : égalité de salaire, prise de décision collectives et horizontales… ils sont 6 à vouloir aller plus loin ensemble, quitter leur travail et leur domicile pour un projet plus proche de la terre et de leurs aspirations : ils achètent la Ferme des Roussets, encaissée au pied du Vercors (le soleil n’y met pas les pieds l’hiver !). Des activités sont mises en place depuis 3 ans : le maraichage en bio, l’apiculture, la boulange, des balades en ânes.

Les maraichers accueillent des woofers depuis 1 an, cela apporte de la vie et de l’aide même si cela ne fait pas toujours gagner du temps. Le coût de la ferme était relativement abordable (150000 euros) car elle ne comprend pas de logement : l’apiculteur vit sur place dans une yourte, l’amoureux des ânes dans une caravane, les autres dans des maisons au village voisin. Mais une belle salle commune avec un poêle à bois a été retapée et sert pour les réunions de l’association et du GAEC.

Chaque vendredi soir la ferme est ouverte, c’est aussi le jour de la fournée hebdomadaire (150 kg de pain/fournée dans un four à bois !). Il y a de la bière locale, de la limonade bio et souvent de la musique comme ce jour de notre arrivée où deux groupes de musique trad se sont succédés sur la scène. Pour l’occasion l’Échappée Belle Food-Truck et une caravane à crêpes préparent le repas pour le P’tit Bal de l’AlterTour.

A la ferme, les choses s’installent peu à peu, il y a une certaine pression car la subvention d’installation en bio les oblige à un certain équilibre avant la 5e année. Mais ils vivent maintenant en accord avec leurs rêves, des bébés arrivent et ils ont encore plein d’idées.

Pierre-Luc