Alix à la Ferme de la Maladière

Nanou Edition 2022, Auvergne-Rhône-Alpes, Agriculture, Alter-D-tour, Culture, Habitat, Non classé

Ouf, après une immeeeeeense montée (bravo papa !) nous voilà enfin arrivé.e.s à « la Mala », pile poil avant l’orage. Ce n’est que le 2ème de ma vie, mais je n’ai même pas peur. Après tout j’ai 20 mois maintenant et déjà 2 D-tour et une échappée belle à mon actif. Autant vous dire que j’en ai vu d’autres ! Je suis très content d’être ici car ça faisait un moment que je n’étais pas venu, et moi j’adooooore cet endroit. Surtout « la stabule », cet immense hangar qui est rempli de trésors, de bric et de broc. Il y a toujours de quoi s’occuper, fouiner et gambader… le pied !

Assez vite, tout le monde s’est installé en rond et les copaines ont présenté tous les collectifs qui se partagent les espaces depuis le 20 janvier 2020. Mais bon, moi je connais déjà ! Je sais qu’ici, tout plein d’activités se côtoient : L’atelier du Zephyr, spécialisé dans l’autonomie de l’habitat ( feu de bois, éolien, cuisson solaire…) ; du culturel avec des spectacles pour les petits et les grands ; deux maraîchers qui se sont répartis les terres, les serres, et les pommes de terre ; un élevage de poulets en plein air ; Sueño del arte qui fait du cirque sous un immense dôme amovible ; Créative Science qui fait de la vulgarisation scientifique… Et bientôt, l’asso Ac’cueillir proposera un lieu pour des séjours de répits à destination de personnes en besoin de protection et/ou de situations de handicap. C’est beau, un lieu qui mêle comme ça de l’agriculture, du social, du culturel, mais aussi du festif avec la 1ère édition du festival du Poule Up qui s’est déroulé début juillet.

Présentation des collectifs dans la Stabule

« Ici, la base c’est beaucoup de récup et de débrouille »

Il y a un espace par activité et chaque structure paye un loyer en fonction de l’espace qu’elle occupe que ce soit pour des ateliers ou du stockage. Il y a des réunions régulièrement pour parler de la gestion des espaces, mais pas de ce qu’il s’y passe ce qui permet de fonctionner en toute autonomie, toujours en lien mais sans dépendance. Pas bête ! En tout, il y a 10 habitant.e.s et une trentaine d’associé.e.s, et il faut bien pouvoir les loger et les nourrir, alors on ne s’ennuie jamais.

Enfin si, moi un peu pendant cette présentation comme je savais déjà tout ça… Du coup, j’ai préféré aller jouer avec les chiens qui sont tout doux, et aussi avec mon copain Pistache qui m’a fait faire plein de galipettes et d’acrobaties. Après, maman m’a fait faire des tours de caddie en attendant le repas. Ici, on mange bien et comme je suis un p’tit malin, j’en réclame à tous les râteliers, surtout du fromaaaage. Je n’avais pas du tout envie de dormir tant il y a de choses à voir et de coins à explorer mais bon… Mes yeux ont décidé pour moi.

« Je dors pas, je me repose juste les yeux »

Réveil brumeux mais heureux

J’essaie de communiquer avec les gens assis en rond autour de moi, ils sont vraiment très bizarres ils me répondent complètement à côté… Je les soupçonne de ne pas être très bien réveillé.e.s mais j’ai l’impression que les boissons fumantes qu’iels boivent leur font du bien. J’aime bien quand tout le monde se réunit comme ça autour de cette immense tablée, mais là je suis un peu déçu, iels parlent, écoutent et font des signes étranges avec les mains, mais pour une fois il n’y a rien à manger… 

Et tout d’un coup, plein de petits groupes partent dans tous les sens : il y en a qui vont jouer avec de très très gros morceaux de bois, d’autres qui s’amusent à fracasser plein de cailloux avec de très gros marteaux. À l’intérieur iels cassent le sol, et il y a aussi plein d’étincelles, c’est beau ! Au loin j’en vois partir avec de gros ciseaux vers les arbres et la forêt, et d’autres arrachent la tapisserie du mur et frottent le plafond, mais j’y reste pas, ça fait de la poussière qui tombe du ciel, ça pique les yeux. 

Je serai bien resté du côté de l’atelier « pâte à modeler des pizzas » mais finalement j’ai trouvé le meilleur coin pour jouer et courir partout : l’immense dortoir collectif, avec pleins de lits, de matelas, on peut bouger plein de trucs et il fait chaud. Le paradis ! 

Sueño del arte, où l’art de la transmission

C’est reparti pour un petit tour de vélo… Je n’ai rien vu du paysage, et à mon réveil je n’ai rien compris : on était sous un grand dôme et il y avait tout plein d’enfants et de jeux. Après avoir fait plein de mouvements très étranges (décidément les adultes sont très bizarres quand même), plusieurs groupes se sont formés et rassemblés autour d’un grand cerceau suspendu en l’air, une barre attachée à deux cordes, un grand rideau rouge et un hamac vert. Là, les autres enfants ont montré aux grand.e.s comment y grimper et faire de jolies positions, plus ou moins gracieuses en fonction des personnes… Après, on a joué avec des balles, des foulards, des bolas, des diabolos, c’était bien rigolo

A taaaaaaable !

Au retour à la Maladière, la meilleure surprise de la journée : soirée pizza cuites au feu de bois !! J’ai l’impression que tout le monde était aussi heureux que moi autour de cette immense tablée. Moi, je voulais rester pour les entendre rire, discuter, savourer et festoyer, j’ai essayé de rester éveillé mais rien à faire… J’ai quand même pu entendre au loin les instruments et leurs chants (plus ou moins justes au fil des heures…) qui ont bercés mon sommeil. 

La chasse au trésor de la Mala

Le lendemain, j’ai accompagné l’équipe « chasse au trésor ». L’objectif : trouver toutes les patates et les rassembler dans de grands bacs. J’en ai trouvé plein, et même des vers de terre et autres insectes. 

Pendant la pause entre deux champs, j’ai un peu joué avec les chiens, et fait un petit tour des autres équipes. Incroyable, je n’ai pas reconnu les pièces !! Le salon de la future maison d’accueil est tout blanc du sol au plafond, les murs de la salle souterraine de la future chaudière sont recouverts de bois, il y a 3 nouveaux passages dans la Stabule… Je vois que tout le monde a été vraiment efficace, je suis fier de nous

Mon grand copain poilu et son jouet préféré