Étape du 15 août : La Ferme des Guillaumets et l’Écocentre Pierre et Terre

Mathieu Agriculture, Environnement, Habitat, Édition 2012, Nouvelle-Aquitaine

Départ du village de Montaut après une nuit chez les créateurs d’Astarac (voir article du 14 août). Petit parcours vallonné de 20 kms avant une pause cookies/melon salvatrice. Yome cherche deux clefs plates de 10 pour réparer le J9…

Adrien a droit à son câlin collectif pour son départ, bonne route ! Arrivée à 11h à la Ferme des Guillaumets à côté de Baussus. Barbara nous accueille avec ses trois fils : Léo 13 ans, Gari 10 ans et Colin 7 ans ainsi que leurs trois chiens et leur chat. Le mari de Barbara étant absent puisqu’il est sur les marchés.

Installée depuis sept ans, la Ferme du Guillaumet est une petite exploitation de 25 ha en partie reconnue en biologique. Leur activité principale concerne l’élevage de porcs gascons, une centaine actuellement. Ils ont également quelques brebis et chèvres, oies, canards, lapins, chevaux et poulets ainsi qu’un jardin potager.

Leur principale source de revenu est l’Amap de La Batallouise avec laquelle ils travaillent et coopèrent chaleureusement. Ils leur fournissent des paniers mixtes (viande et légumes). Ils vendent également leurs produits sur les marchés locaux, en livraison à domicile chez des particuliers et se rendent une fois par an à Bordeaux et à Toulouse. Nous repartons vers 14h30 après un festin préparé par Barbara. Merci !

Ayant apprécié une averse de pluie sur le chemin nous menant à Riscle nous y arrivons vers 17h. Notre relais du soir est l’écocentre Pierre et Terre. Son président nous y accueille puis nous emmène dans une visite et présentation extrêmement claire et inspirante des activités de l’association. Il s’agit donc d’une association vieille de 14 ans dont l’objectif est d’informer sur les alternatives en éco-construction et d’accompagner les projets sur ce thème. Un bâtiment de démonstration qui sert également de bureaux à l’association a été construit en 2010. Il abrite une matériauthèque et une bibliothèque. Il fût financé à 35 pour cent par des fonds publics pour ses missions reconnues d’intérêt général. L’association a contribué à hauteur de 15 pour cent et est maître d’ouvrage. Le bail convenu avec la mairie est emphytéotique sur 35 ans. Ils travaillent donc avec des particuliers pour des projets de constructions, les assainissements individuels, les toilettes sèches ainsi qu’avec la Caisse d’Allocations Familiales afin de lutter contre la précarité énergétique.

Le bâtiment est bioclimatique en paille (bureaux + matériauthèque). Ils possèdent une petite éolienne, du solaire thermique, photovoltaïque, mare de phytoépuration. Ils récupèrent l’eau de pluie pour l’usage domestique ; celle-ci étant doublement filtrée pour l’eau de boisson par rapport à celle récupérée pour les lavages.

Le secteur du bâtiment consommant 40 pour cent de l’énergie en France on comprend bien l’importance de l’éco-construction. Nous finissons la soirée par des douches chaudes !!!… un dîner en autonomie et un bœuf musical.

Claire R