Les trois Tours

Mathieu Partenaires

Pour illustrer par des exemples concrets de quelle manière nous pouvons jouer, aux côtés de la FNAP, ce rôle de catalyseur, de facilitateur de réseau sur lequel nous insistions dans notre rapport d’orientation, lors de notre AG de Cluny, le 27 novembre dernier, nous avions invité autour d’une table ronde quatre amis pour qu’ils évoquent les projets à la réalisation desquels ils avaient contribué.

Mathieu Fromont, nouveau salarié d’AlterTour, rappela les buts de cette association et les valeurs qu’elle défend : celles d’un monde sans dopants de toute nature ; cela vaut, bien sûr, pour le cyclisme, d’où cette idée de proposer à des cyclotouristes “sains” de faire un vrai tour de France, en même temps que l’autre, pollué comme on le sait par toutes sortes de poisons, en demandant, sur son parcours, à des accueillants d’AP de bien vouloir participer à l’hébergement. L’année prochaine, c’est la France du sud-est qui sera visitée, et Mathieu en profite donc pour lancer, par notre truchement, un appel aux nombreux accueillants de cette région.

C’est le moment de rappeler que c’est par l’entremise de notre jeune association et plus précisément de Gilbert Belgrano, à l’époque notre secrétaire, que Dominique Béroule, l’initiateur de cette belle idée, fut mis en relation avec la FNAP ; ce n’est pas innocent non plus d’ajouter que cette rencontre eut lieu à l’occasion de l’AG des Amis de la Conf…

Où l’on retrouve la notion de réseau ! Marie-Pierre Agnès et Mathieu Glaymann purent ensuite présenter le projet Accueil Banlieues, qui a pour but d’inviter des ruraux, accueillants ou amis, à venir chez eux découvrir la banlieue sous un jour différent de celui que véhiculent à l’envi les médias “dominants”. Une première expérience vient d’avoir lieu, on en trouvera le compte-rendu et l’analyse dans le dossier qui suit. Puis Jean-Paul Berthouze, qui fut, de 92 à 97, président de la FNAP et membre des Amis depuis sa retraite, raconta quelques-uns des combats que sa compagne, Renée De Rugy et lui-même ont menés, en insistant sur la création, en 1993, d’un GFA (groupement foncier agricole) pour racheter une ferme , tout en haut de leur vallée, à 1400 m d’altitude, qui était convoitée par un groupe de chasseurs.

Ils trouvèrent en moins d’une année, en puisant dans le réseau de tous les accueillis qui étaient passés chez eux ou les associations avec lesquelles ils avaient des liens, les 550 copropriétaires désireux de se partager les 1200 parts de 500 francs nécessaires à l’achat et aux premiers travaux d’aménagement de cette ferme. Ce fut une des premières réalisations qui ont permis la naissance de Terre de Liens.

Depuis, ce lieu magnifique est géré par une Association, Cécilatour, www.latour-borne.org, et sert de gîte de montagne, d’accueil de classes vertes, etc.

Il termine par la lecture de ce très beau texte de Renée, qui dit la nécessité de l’engagement politique, auquel nous pourrions souscrire sans réserve, en des temps où la lutte citoyenne s’impose avec plus de prégnance que jamais :

Il est souvent de bon ton, dans ce genre d’assemblée, d’affirmer “Nous ne faisons pas de politique”. Eh bien, nous, à Borne, nous sommes fiers d’affirmer “Nous faisons et nous continuerons à faire de la politique”, c’est à dire d’exercer notre citoyenneté, de vivre en adultes responsables de la Cité, celle d’ici et d’ailleurs, parce que nous nous sentons citoyens du monde. Nous ne remettons notre avenir dans les mains de personne, fût-il le meilleur des élus ! Nous voulons garder le pouvoir de décider de nos vies, de celles de nos enfants et nous sommes heureux de penser qu’une initiative comme celle-ci, qui se réalise en toute indépendance, a reçu un écho tel qu’elle prouve que nous sommes encore nombreux à croire au pouvoir du citoyen et à l’exercer.

Continuons !

Merci à Jacques Devulder d’avoir trouvé le titre synthétique de ce papier Les trois Tours, un titre de conte de Noël, pourrait-on penser, si ce n’est que ce conte parle d’utopies réalisées ! : Le Tour d’AlterTour, les tours de Sarcelles où notre groupe a rencontré des habitants fiers de leur vie et de la convivialité que, dans des conditions difficiles, ils parviennent à maintenir et la Tour de Borne !

Trois beaux exemples, en vérité, qui ont permis que notre AG se termine sur une note d’harmonie, de partage d’expériences et d’espérance.

Michel Leforestier