Nous cherchons des Alternatives pour l’AlterTour 2018

Les 7 et 8 octobre 2017 nous avons défini la zone de recherches pour l’AlterTour 2018. Nous nous donnons jusqu’au 16 décembre 2017 pour trouver un maximum d’Alternatives dans ce secteur :
Haut-Rhin, Bas-Rhin, Meurthe et Moselle, Meuse, Vosges, Marne, Haute-Marne, Aube, Paris, Seine et Marne, Val d’Oise, Seine St Denis, Aisne (sud), Oise, Somme, Eure, Calvados et Manche

Nous sommes dans la phase de « défrichage », l’objectif est de trouver un maximum d’alternatives sans les contacter pour l’instant. La prise de contact aura lieu après l’AG de novembre (11 et 12 novembre).
Nous déterminerons le parcours les 16 et 17 décembre en fonction des réponses positives.

Vous pouvez nous aider dans nos recherches via ce petit questionnaire :

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Nous cherchons des Alternatives pour l’AlterTour 2018

1ère Réunion de préparation de l’AlterTour 2018

La première réunion de préparation de l’AlterTour 2018 aura lieu aux Jardins d’Alice (19 Rue Garibaldi, 93100 Montreuil – Métro 9, arrêt Robespierre) les 7 et 8 octobre 2017

Ordre du jour

Samedi 7 octobre

Matin :

0900 – 09h30 : Café, petit dej partagé et retrouvailles papotage !

09h30 – 10h00 : Lancement de la journée (Jeu, ODJ, répartition des rôles)

10h00 – 12h30 : Bilan de l’AlterTour 2017 et perspectives – puis synthèse

12h30 – 14h00 : Repas partagé

Après-midi

14h00 – 14h30 : Présentation des jardins d’Alice

14h30 – 15h00 : Historique de l’association Altercampagne

15h00 – 16h00 :  Info sur le fonctionnement de l’année + bilan de l’orga 2017

16h00 – 16h30 : Pause (30 min)

16h30 – 17h00 : CR du Collège Solidaire

17h00 – 19h00 : Choix de la zone géographique pour 2018, répartition des zones à défricher et découverte du tableau de “défrichage”

Soirée au choix :

  • au Chinois (à proximité des Jardins d’Alice)
  • à la Marbrerie du côté de la Mairie de Montreuil donc pas bien loin de 20h à 01h30
  • Dans le cadre du Festival octobre rouge de Malakoff : une conférence gesticulée de Jérémie Letort qui nous parle de travail social, d’éducation populaire à la sauce « politiques actuelles »

Dimanche 8 octobre

Matin

0900 – 09h30 : café, petit dej partagé

09h30 – 09h45 :  Lancement de la journée (energizer, rappel ODJ, répartition des rôles)

09h45 – 11h00 : Formations aux outils : Réunion skype, documents collaboratifs, espace membre, listes de diffusion, tableau de contact des organisateurs

pause

11h15 – 12h30 : Les chantiers à mener cette année : quand, comment, pourquoi, qui ?

> qui a envie de s’investir comment, sur quoi ?

> fonctionnement des groupes de travail + lancement de nouveaux groupes (1er temps de travail)

12h30 – 13h45 : Repas partagé

Après-midi

13h45 – 15h00 : Bilan du week-end, retour sur les décisions prises et tour de météo personnelle

Rangement

Départ pour République – Mobilisation contre Europacity à Gonesse  http://nonaeuropacity.com

 

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés sur 1ère Réunion de préparation de l’AlterTour 2018

Numéro de Silence d’octobre : Les élections municipales à mi-mandat

Saillans : de l’hypermarché à l’hyperdémocratie
La population de Saillans a élu lors des dernières élections municipales une liste citoyenne dont le principal engagement était que tout devait être transparent dans les décisions de la commune. Quel en est le bilan à mi-mandat ?

Grenoble : réussites symboliques et tensions locales
Aux dernières élections, Grenoble devient la première ville de plus de 150 000 habitant·es gérée par Europe écologie – les Verts et s’affiche comme le « laboratoire de l’écologie politique » en France. Qu’en est-il à mi-mandat ? Comment se pratique une forme d’écologie politique à l’échelle d’une grande ville ?

Les “nouveaux municipalismes” de Madrid et Barcelone
En mai 2015, des “candidatures citoyennes” proches des mouvements sociaux ont remporté les élections municipales de plusieurs grandes villes espagnoles. S’autoqualifiant de “villes rebelles”, ces nouvelles équipes municipales avaient pour projet une démocratisation radicale des municipalités. Après plus de deux ans de mandat, qu’en est-il ?

Le risque de la déception
Cette enquête montre que la démarche « liste citoyenne » n’est pas forcément suffisante pour satisfaire le désir de changement…
et que cela peut donc décevoir.

Des articles
600 personnes prêtes à passer à l’action pour relever le défi climatique !
Féminisme décolonial et luttes indigènes au Mexique et au Honduras
Emmanuel Mbolela : semeur de solidarités entre migrant·es
Un territoire, une coopérative : Les Salines de Guérande
Le Congrès des élèves
Que devient le pic de pétrole ?
1000 silhouettes

Des chroniques et des brèves
Bonnes nouvelles de la Terre :
Pour sauver la forêt du Morvan, des gens se groupent pour l’acheter peu à peu
En direct de nos colonies :
Idriss Déby, un ami gênant
Nucléaire ça boum ! :
Interdites ? Interdites !
L’écologie, c’est la santé :
Des États généraux de l’alimentation mal engagés

Belle journée et bonne lecture !

Retrouvez la Revue Silence en Biocoop et/ou abonnez-vous directement sur leur site : http://www.revuesilence.net/

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Numéro de Silence d’octobre : Les élections municipales à mi-mandat

L’Altertour, ou la ronde des écolos cyclistes

Il y a dix ans que le Tour de France des alternatives existe.

Voilà dix ans que le Tour de France des alternatives existe. Il s’est élancé cette année depuis la Maison de l’Economie Solidaire de Ramonville-Saint-Agne, en Haute-Garonne. Il s’est bouclé à Valence, dans la Drôme. L’AlterTour, c’est son nom, pars tous les étés depuis une décennie à la rencontre des actrices et acteurs de la transition. Le coup d’envoi de l’édition 2017 a été donné le 10 juillet. Cette ronde des écolos cyclistes s’est achevée le 20 août.

L’objectif d’une expédition comme celle de l’AlterTour est de constater qu’il y a une alternative au dopage généralisé de la société. Sur le plan de la mobilité, cela se traduit par entendre la bonne parole en matière de déplacement. C’est-à-dire par noter l’abandon des énergies fossiles et remarquer l’emploi du vélo pour se mouvoir.

Trois cent cinquante

Pour les participants de l’AlterTour, « la bicyclette ne se limite pas qu’à des déplacements travail maison ». Ils apportent la preuve que le vélo fait partie intégrante de la mobilité. Au travers de leur périple, ils montrent que l’on peut partir en vacances en petite reine ; que l’on peut parcourir de longues distances de manière douce, sans bruit et sans pollution. Cette année encore, ils étaient trois cent cinquante à participer à l’AlterTour.

Sébastien Chauveau, Fréquence Terre

Publié dans Revue de presse | Marqué avec , , , | Commentaires fermés sur L’Altertour, ou la ronde des écolos cyclistes

Numéro de Silence de septembre : vers une école sans écrans ?

Le numérique à l’école : refus et résistances
Silence a interrogé plusieurs enseignant·es sur leur expérience de la numérisation de l’école et sur leurs pratiques de résistances individuelle et collective.

Un désastre écologique, social et pédagogique
Dans Le Désastre de l’école numérique, Philippe Bihouix et Karine Mauvilly dénoncent les mensonges du discours dominant qui fait du numérique « un graal consistant à doubler chaque être humain d’une machine ». Silence leur a demandé quelques éclairages.

D’un écran à l’autre… la journée d’une collégienne
A quoi ressemble une vie de collégienne dans une société phagocytée par les écrans ? C’est ce que racontent des membres du collectif Un projet de décroissance dans un récit qui s’inspire de la vie quotidienne. Silence en publie quelques extraits.

Quelles alternatives pédagogiques à l’école numérique ?
La numérisation est censée apporter une dimension interactive à l’enseignement, aider à motiver les élèves, lutter contre les inégalités… Mais il existe de nombreux moyens d’atteindre ces objectifs sans passer par le numérique.

Des articles
Tout le monde a le droit de bien se nourrir
Le vélo sous la pluie
La prodigieuse marge de progression écologique des transports
Réinventer la radio
Le statut de mineur·e en question
Notre-Dame-des-Landes : Faut-il agrandir l’actuel aéroport ?
Kamishibai : dessiner pour briser le silence nucléaire

Des chroniques et des brèves
Bonnes nouvelles de la Terre : Plutôt que le béton à Gonesse, une belle alternative est possible
Nucléaire ça boum ! : Contre la bombe, donc contre l’OTAN
L’écologie, c’est la santé : Un pas en avant vers la biodiversité dans les fermes

Belle journée et bonne lecture !

Retrouvez la Revue Silence en Biocoop et/ou abonnez-vous directement sur leur site : http://www.revuesilence.net/

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , | Commentaires fermés sur Numéro de Silence de septembre : vers une école sans écrans ?

L’AlterTour 2017 en famille

En famille (couple + petit garçon de 22 mois) nous avons participé à l’AlterTour 2017 entre le 11/08 à Crest et le 18/08 à Romans/Isère (sur le trajet vers Valence). L’AlterTour est un parcours estival reliant des alternatives au « dopage » de la planète (nucléaire, pétrole, agriculture intensive…). Le parcours se fait à vélo qui n’est ici que le moyen de transport de la soixantaine de participants, dans l’entraide et la collaboration et non pas la performance (et encore moins la compétition).

Le détail des alternatives visitées se trouve sur le site de l’AlterTour (édition 2017 dans « À la Une » pour les textes rédigés chaque jour par un alterjournaliste différent et dans « Médias et Presse » pour la plaquette 2017 et les photos des participants).
70 velosJe ne reviens pas dessus dans le détail mais sur une semaine nous avons vu des initiatives riches et variées qui donnaient toutes matière à réfléchir : ferme bio et changement de vie, atelier vélo participatif, tipis d’un lieu d’accueil nature, la communauté de l’Arche…
À titre personnel, j’ai même été un peu frustré de ne pas revenir de façon systématique sur ce qui avait été vécu, ni de partager l’expérience de chacun de nous qui avions tous des profils sans doute intéressants (on ne vient pas à l’AlterTour par hasard !). Bien sûr il était facile lors des repas ou des arrêts de croiser des idées et des informations mais le faire de façon formelle peut aider ceux qui ne rentrent pas facilement dans les conversations.

Petit résumé de l’organisation générale : l’AlterTour fonctionne avec un salarié qui s’efface lors du trajet sauf pour rappeler des règles ou des précautions particulières (l’utilisation des éponges pour les toilettes par ex…), toutes les décisions sont prises collectivement comme la région choisie chaque année. Le parcours détaillé est organisé par des bénévoles qui en assurent chacun le suivi sur quelques jours. Les taches sont réparties collectivement lors de briefings quotidiens : préparation des 3 repas, des vaisselles, les rangements, le montage des toilettes sèches et des douches, les réveils, l’écriture des articles, la conduite des véhicules, celui de l’intendance avec la nourriture et les sacs et le mini-bus transportant les accidentés ou autres fatigués et la remorque des vélos.

camping à saillansJe vais plutôt centrer cet article sur notre expérience en famille au sein de l’AlterTour : en effet, il est indiqué sur le site que les familles peuvent être accueillies et que c’est même de « moins en moins difficile » (cf le Guide de l’AlterTour en famille dans l’Editions 2017).

Oui, participer à l’AlterTour avec un enfant est bien possible mais quand même plutôt fatiguant et difficile… mieux vaut être prévenu et se préparer ! Cet article est donc plutôt destiné aux éventuels futurs participants avec enfants…

Lire la suite sur le blog de Pierre-Luc Vacher

Publié dans Non classé | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur L’AlterTour 2017 en famille

Philippe Deregel : « Des parcours de vie ont changé après notre Tour alternatif »

DSC00951Philippe Deregel est l’un des organisateurs de l’AlterTour au sein de l’association Altercampagne, qui encourage « une société sans dopage ». Samedi soir, lors de la clôture de l’édition 2017 à La Ruche Truk’Muche, il a répondu à nos questions.

Comment s’est déroulée cette édition qui a débuté le 8 juillet à Toulouse ?

Le thème cette année était “Les chemins de la transition”. Au total, 320 personnes ont participé à ce tour, se relayant sur une durée moyenne d’une semaine. 50 % sont de nouveaux participants. Nos étapes étaient d’environ 30 km, car l’objectif est bien d’être accessibles à tous. Nous avons d’ailleurs quelques familles avec des enfants qui se sont jointes à nous. Comme les années précédentes, la dimension collective a bien fonctionné. Par exemple à travers la préparation des repas en commun.

Combien coûte une participation à l’AlterTour ?

Il faut payer une adhésion à l’association de 10 €, puis une participation allant de 18 à 42 € par jour, selon son revenu. L’hébergement se fait sous tentes. Nous avons une camionnette pour les personnes qui seraient fatiguées et ne pourraient pas réaliser l’étape du jour. Nous pouvons aussi fournir des vélos.

Comment organisez-vous le périple ?

C’est un travail sur une année. À chaque édition, nous sillonnons une région en particulier. L’an dernier, nous étions en Bretagne, cette année dans le Sud. L’an prochain, nous n’avons pas encore décidé.

Comment est né l’AlterTour ?

En 2005, à l’issue des journées mondiales de lutte contre les OGM, nous avons été quelques-uns à avoir l’idée de créer un Tour de France alternatif. En 2008, lors de la première édition, nous sommes venus ici, à Bourg-lès-Valence, alors qu’un collectif se montait contre un vaste projet immobilier aux Jonquettes. Nous sommes repassés en 2011 chez Jardin’enVie. Aujourd’hui, les gens veulent être de plus en plus acteurs. Les exemples de parcours de vie qui ont changé après l’Alter-Tour sont nombreux : Bruno passé de chauffeur de poids lourds à accompagnateur en montagne avec des ânes ; ou cet informaticien de Paris devenu agriculteur.

Frédéric FAYS, Le Dauphiné

Publié dans Revue de presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Philippe Deregel : « Des parcours de vie ont changé après notre Tour alternatif »

L’AlterTour s’est conclu par une grande fête

Beaucoup de monde samedi soir (plus de 150 personnes) à la Ruche Truk’Muche pour la soirée de clôture de la 10e édition de l’AlterTour, tour de France cycliste original visant à découvrir d’autres façons de vivre, produire, consommer. La batucada Atypic Groove et le groupe de musique tzigane Zénékar ont su mettre l’ambiance dans ce nouveau lieu où l’on “cultive” les arts dans tous leurs états.

En plus du hangar-préau, un chapiteau avait été installé sur le champ attenant à l’ancienne ferme.

Le repas composé de cinq plats issus de légumes des semences paysannes de Jardin’enVie a été très apprécié.

À noter le succès remporté par le stand de dégustation des six variétés de tomates, proposé par Éric Marchand. De la noire de Crimée à la kaki-coing, en passant par la tomate-ananas ou la Savignac, les dégustateurs d’un soir étaient invités à noter les tomates après les avoir goûtées. Un bel exercice pour les papilles !

FF, Le Dauphiné

Publié dans Revue de presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur L’AlterTour s’est conclu par une grande fête

Journée du 19 août à Valence : Jardin’Envie, Le Mat Drôme, La Criirad, La Ruche Truk Muche

Les Altercyclistes au bord de la surchauffe… terminent leur tour avec une belle énergie !
A 7:00 sous un soleil prometteur le campement s’éveille sur « Alter Tour mon amour », une version drôle et sentimentale d’un titre du groupe Téléphone écrite et chantée par les deux préposés au réveil. Après le petit-déjeuner, en selle pour Jardin’Envie, une coopérative d’artisans semenciers qui nous présente son action pour la promotion des semences paysannes.
Jardin’Envie « Pour un retour vers le Progrès »

2017-08-19_0001DSC01028

Eric Marchand, co-gérant de la Scop Jardin’Envie, nous éclaire sur l’intérêt des semences paysannes, qui contrairement aux semences hybrides, même utilisées en agriculture biologique, permettent de favoriser la co-évolution plante-humain-terroir. Les légumes tirés de ces semences paysannes ne sont pas promus actuellement car ils jouissent d’une mauvaise image sur leur aspect ou leur rendement. Jardin’Envie veut renverser cette image en démontrant leur goût, leur robustesse et leur intérêt écologique et alimentaire. Depuis 50 ans plus de 75 % des variétés traditionnelles ont disparu de la circulation.
Il s’agit de renverser la logique dominante qui suppose qu’on adapte les territoires et les outils aux semences. Jardin’Envie produit des semences mais aussi des légumes, qui ont l’intérêt de pouvoir tester les variétés en plein champ et de faire des recherches sur les meilleurs modes de culture, mais aussi de vendre ces produits pour les promouvoir auprès des professionnels et du grand public.

En 2017 c’est la 4ème année de culture sur ce terrain, auparavant dédié au maïs de culture conventionnelle, et la première où ils ont pu produire des légumes, car « on avait hérité d’un sol mort ». Notre hôte nous rappelle également la mobilisation citoyenne qui a permis d’arracher ces moins de deux hectares à la pression foncière et de conserver cette terre agricole en zone périurbaine, en convaincant la mairie de Bourg-lès-Valence de geler un projet de zone d’activités commerciales… et en récoltant quelques inimitiés du côté des bénéficiaires de la spéculation foncière. Mais l’équipe est tenace, et fait le choix de désobéir et questionner la législation sur les semences qui bride la vente des semences non homologuées aux professionnels. C’est tout le système de l’alimentation qui est à revoir, et au-delà, celui de la citoyenneté, de la souveraineté alimentaire, de l’attribution des terres, etc.

L’association Jardin’Envie, devenue Scop en 2016, travaille avec de nombreux réseaux : distributeurs locaux et artisans (boulangers, restaurateurs…) impliqués dans l’éducation autour de ces produits, un réseau de 240 fermes en France, le réseau Minga, mais aussi des laboratoires, des universitaires… Jardin’Envie participe à l’organisation d’un événement parisien pour promouvoir le métier d’artisan semencier, à noter dans vos calepins : dimanche 24 septembre 2017

Et c’est ainsi que les alter-cyclistes, malgré un soleil brûlant, ont écouté avec jubilation pendant deux heures Eric Marchand, passionné et passionnant semencier, qui lui-même a vécu sa transition professionnelle après avoir quitté le monde de l’informatique…

2017-08-19_0001DSC01031Jardins de Valence, car tous les habitants ont droit à la beauté…
Pas le temps de buller car rendez-vous à Valence dans le quartier de Fontbarlettes où nous sommes reçus par la vice-présidente de l’association le Mat Drôme et des habitants-jardiniers. Dans ce quartier « classé sensible », l’association a créé avec les habitants plusieurs espaces où sont pratiqués le jardinage au naturel voire une micro-agriculture urbaine. Le jardin Michelet où nous nous trouvons est un lieu de vie partagé, mais aussi d’expression personnelle où la sensibilité et la culture de chacun peuvent s’exprimer dans les parcelles de 80 à 100 m² attribuées aux 80 familles bénéficiaires. Des espaces collectifs existent aussi, comme celui qui accueille une ruche pédagogique. Le jardin participe à la rencontre des habitants, à leur bonne santé, à l’apaisement et à l’embellissement du quartier, mais est aussi un support pour des actions pédagogiques et inter-générationnelles autour de la nature, des abeilles, de l’alimentation… 1400 mètres de légumes et de fleurs gagnés sur un ancien parking, la voilà l’alternative !

La Criirad, pour sortir de la désinformation
On file a mollets raccourcis vers d’autres citoyens engagés, les membres de la CRIIRAD, soit la commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité, une association créée en 1986 suite à l’accident de Tchernobyl par des citoyens de la Drôme et de l’Ardèche révoltés par la désinformation officielle autour du nucléaire. La Criirad regroupe 3 salariés et de nombreux bénévoles, et comprend un laboratoire agréé par l’Agence Nationale de Sûreté. Son action consiste à mesurer la radioactivité liée aux activités nucléaires mais aussi naturelle, comme celle du radon, grâce à un réseau de balises installées en Rhônes-Alpes, et à mener des campagnes d’information et d’éducation, comme dernièrement après Fukushima, « pour que le défaut d’information ne se reproduise plus ». Si elle n’a pas de position officielle pour ou contre l’énergie nucléaire, elle se place du côté de l’information des citoyens et revendique son indépendance. Sa production est reconnue pour son sérieux, comme l’atlas de la contamination en France et en Europe (édité en 1996), dont les chiffres ne sont pas contestés. Pour savoir où se trouvent des balises près de chez vous : http://balises.criirad.org/

2017-08-19_0001DSCF3912Fête de Clôture de l’Alter Tour 2017, on-n’est-pas-fatigués !
Pour enfin détendre nos cerveaux congestionnés et nos corps asséchés par cette longue journée, nous filons bzz à vive allure vers la Ruche Truk’Muche, soit comme le dit leur site internet, « une association de bzzbzzteurs : artisans, musiciens, colporteurs ou déambulateurs d’un nouvel art de vivre… » Un lieu collectif animé par des manifestations conviviales et culturelles (soirées concerts, théâtre, soirée à thème, repas partagés), des ateliers, et la production du miel … Ils nous ont préparé une fête énorme, avec Batucada, concerts, bar ouvert et buffets où l’on retrouve les excellents légumes de Jardin’Envie… Quand la boucle est bouclée, la fête de clôture du tour peut commencer, et les Altercyclistes s’en sont donnés à cœur joie. Encore un peu de boulot, avec la représentation d’une dernière conférence gesticulée, bilan de l’alter tour 2017 : on chante les « ptits mollets », avant le bal, où les alter-cyclistes improvisent une chorégraphie collective consistant à… mimer des cyclistes… Quand on aime…

Et vous savez quoi ? On trouve des photos de la fête sur leur site internet : ici.

Dimanche 20 août
Dernier jour de tour, pas le temps pour une sieste ?

Le dernier jour de tour, au lieu de se reposer comme un dimanche, les alter-cyclistes s’activent pour tout répertorier, nettoyer et ranger, au son des chants collectifs et de l’accordéon. Il reste de l’énergie pour lancer de belles blagues et quelques potins, vider les toilettes sèches, philosopher sur un autre monde et lutter contre l’angoisse de l’alter-retour… On embrasse les copains, on s’échange nos coordonnées, on se donne rendez-vous pour les prochaines réunions… On adapte la Madrague à la situation :… « Pourtant je sais bien l’année prochaine, tout recommencera nous reviendrons, mais en attendant je suis en peine, de quitter la route et mon guidon… »…

Céline de Rennes

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Journée du 19 août à Valence : Jardin’Envie, Le Mat Drôme, La Criirad, La Ruche Truk Muche

Ce soir, la clôture de l’AlterTour à La Ruche Truk’Muche

La 10e édition de l’AlterTour arrive donc ce soir à Bourg-lès-Valence. Avec une première escale chez Jardin’enVie qui présentera sa démarche autour des cultures de semences paysannes sur une parcelle de Bourg-lès-Valence (ce matin à 10 heures au 429 route de Chaux). Après un pique-nique du côté des jardins partagés du Mat à Fontbarlettes et une visite de la CRIIRAD (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), c’est une soirée festive qui est proposée à la Ruche Truk’Muche à partir de 19 heures. Au programme des concerts de Zénékar (bal tzigane) et Atypic Groove (batucada), un lâcher de clowns qui s’annonce étonnant, un repas 100 % variétés paysannes. L’entrée est à prix libre, le repas (5 plats à base légumes) est à 10 €.

Rappelons que l’AlterTour, parti le 8 juillet de Toulouse, rassemble des cyclistes curieux de découvrir d’autres manières de vivre, produire et consommer. Ils sont 320 au total qui se sont relayés au fil des étapes pour finir une cinquantaine pour ce dernier jour.

Le Dauphiné

Publié dans Revue de presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Ce soir, la clôture de l’AlterTour à La Ruche Truk’Muche